«C'est sûr que je polluais, ça fait huit ans qu'on cherche des solutions, mais on a fini par en trouver une. Ça a coûté une fortune, mais maintenant on est correct», a commenté le propriétaire du Colibri lors d'un entretien téléphonique.
«C'est sûr que je polluais, ça fait huit ans qu'on cherche des solutions, mais on a fini par en trouver une. Ça a coûté une fortune, mais maintenant on est correct», a commenté le propriétaire du Colibri lors d'un entretien téléphonique.

Amende salée pour un pollueur repenti

Jean-François Cliche
Jean-François Cliche
Le Soleil
La pollution ne paie pas, il faut croire. En tout cas, à l'hôtel motel Colibri, sur le boulevard Hamel à la hauteur du lac Saint-Augustin, le rejet d'eaux usées directement dans l'environnement pendant des années vient de coûter 12 000 $ d'amende au propriétaire, a annoncé mardi le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs dans un communiqué.