Le chef conservateur, Erin O'Toole 
Le chef conservateur, Erin O'Toole 

Enquête sur la gestion de la pandémie: la motion des conservateurs adoptée

Catherine Lévesque
La Presse canadienne
OTTAWA - Les partis d’opposition ont gagné leur pari. Le comité parlementaire de la santé se penchera sur la gestion gouvernementale de la pandémie, au grand dam des libéraux.

Le Parti conservateur, le Bloc québécois, le Nouveau Parti démocratique (NPD), le Parti vert et la députée indépendante Jody Wilson-Raybould ont voté en faveur de la motion conservatrice; les libéraux minoritaires et le député indépendant Marwan Tabbara ont voté contre.

La motion a été adoptée à 176 voix contre 152.

Elle permettra à un comité parlementaire de mener une enquête approfondie sur une foule de questions liées à la gestion par le gouvernement de la pandémie de COVID-19. Le comité pourrait, entre autres, obtenir l’accès aux contrats passés entre Ottawa et différents fournisseurs, en lien avec la COVID-19.

Inquiétudes

Plus tôt en journée, le gouvernement Trudeau affirmait que cette motion allait mettre en danger la capacité du Canada à acheter vaccins, tests et équipements de protection personnelle, en pleine pandémie. Des fournisseurs d’équipement médical et de vaccins, entre autres, se sont dits inquiets de voir des clauses de confidentialité de leurs contrats commerciaux étalées au grand jour.

Lundi après-midi, le leader parlementaire du gouvernement, Pablo Rodriguez, s’est dit «très déçu» de la tournure des événements.

«Il y a là-dedans quelque chose de très irresponsable. Les dirigeants de grandes entreprises pharmaceutiques qui produisent les vaccins ont dit : “Faites attention. Vous mettez en péril ce qu’on est en train de faire.” (...) Ils ont quand même été de l’avant», a-t-il déploré.

M. Rodriguez craint que l’enquête à venir du comité de la santé ratisse trop large et monopolise la fonction publique, déjà occupée par la gestion de la pandémie.

«Les fonctionnaires font toujours tout ce qu’ils peuvent pour répondre aux demandes de production de documents, mais ce que l’opposition doit comprendre (...) c’est les mêmes fonctionnaires qui travaillent jour et nuit pour livrer les programmes pour l’ensemble des Canadiens», a-t-il poursuivi.

Le chef Parti conservateur, Erin O’Toole, s’est félicité d’avoir fait adopter cette motion malgré les efforts déployés par les libéraux pour miner les efforts de l’opposition.

«Les Canadiens méritent de savoir comment leur gouvernement gère une crise sanitaire et ils méritent un plan pour l’avenir. Les conservateurs n’arrêteront pas tant qu’ils n’auront pas les réponses que vous méritez», a-t-il fait savoir par voie de communiqué de presse.

L’adoption de cette nouvelle motion survient cinq jours après que les conservateurs eurent échoué à faire adopter une autre motion, sur la création d’un comité spécial pour faire la lumière sur l’affaire UNIS (WE Charity, en anglais). Les libéraux avaient alors décidé d’en faire un vote de confiance, mais ils avaient réussi à éviter des élections grâce à l’appui du NPD.

M. O’Toole croit que les libéraux se trouveront une autre excuse pour tenter de faire tomber le gouvernement.

«Il est de plus en plus évident que Justin Trudeau veut déclencher des élections et qu’il est prêt à tout pour y arriver, même s’il doit obliger les Canadiens à aller aux urnes en pleine pandémie. Son arrogance et son mépris vont inutilement mettre la santé et la sécurité des Canadiens en péril», a-t-il ajouté dans sa déclaration.