Plusieurs câbles du pont Pierre-Laporte sont notamment rongés par la corrosion.

Encore des travaux sur le pont Pierre-Laporte cet été

Le ministère des Transports (MTQ) poursuivra, au cours des deux prochains étés, l’entretien des pièces les plus abîmées du pont Pierre-Laporte, dont le remplacement de gros câbles métalliques supportant la chaussée. Ce serait suffisant pour garantir la sécurité de l’ouvrage fort achalandé.

Jeudi, un rapport d’ingénierie rendu public discrètement par le ministère révélait que la structure subit sa cinquantaine. Quoique généralement en bonne santé, certaines de ses composantes devront recevoir des soins parfois «majeurs».

Les experts ont notamment constaté que des sections du pont Pierre-Laporte sont déformées. Et que d’autres ont perdu des morceaux parce que rouillées. 

Les spécialistes mandatés MTQ se sont particulièrement intéressés aux suspentes qui présentent des signes de vieillissement évidents. Certains de ces 160 gros câbles verticaux, composés de plusieurs petits fils d’acier entrelacés, sont rongés par la corrosion.

Câbles changés

Porte-parole du MTQ, Guillaume Paradis rappelle que sept de ces câbles ont déjà été changés. Et que trois autres seront remplacés cet été. «Une fois démantelés, des essais électromagnétiques et de traction sont réalisés sur les suspentes afin de documenter leur état réel et permettre de mettre à jour le plan d’entretien.»

Toujours pour rassurer les utilisateurs du «deuxième lien», M. Paradis souligne que les deux immenses câbles porteurs traversant le fleuve sur chaque flanc du pont seront également inspectés afin d’assurer leur pérennité.

Quant aux pièces grignotées par la corrosion, le MTQ indique avoir «entrepris au printemps 2017 un vaste projet de réparation des ouvrages en acier (remise à niveau du revêtement de protection des éléments en acier du tablier), de métallisation et de peinture. […] À ce jour, des contrats d’une valeur de près de 27 millions $ ont été attribués».

«Ce que le Ministère vise, c’est obtenir la plus longue durée de vie possible du pont et par extension, une durée de vie “illimitée”.»

Guilbault rassurante

Questionnée vendredi sur l’état du pont Laporte en marge d’une conférence de presse, la vice-

première ministre, Geneviève Guilbault, s’est faite rassurante.

«Ils ont relevé certaines choses, des corrections, des réparations qu’il faudra apporter au pont, mais c’est tout à fait normal. Ça ne compromet pas la sécurité. Il ne faut pas inquiéter les gens inutilement», soutient-elle. 

D’autre part, elle se réjouit que le processus d’inspection et de surveillance en place permette de relever les problèmes à temps. «Nous voulons préserver le pont Laporte et nous assurer qu’il est sécuritaire.» Avec Jean-François Néron