Avec un gros lot record de 1,5 millards $US au Powerball, de nombreux Canadiens ont traversé la frontière américaine ces derniers jours pour saisir une parcelle de chance.

En route vers le Maine pour 2891 mises Powerball

On pouvait presque entendre The Ecstasy of Gold d'Ennio Morricone en arrière-plan pendant que l'animateur radiophonique Dany Poulin roulait vers le Maine mercredi soir. Il y achètera 2891 billets à la loterie Powerball, dont le gros lot s'élève à 1,5 milliard $ américains.
À la suite d'une idée folle en réunion de production, le FM93 a lancé un groupe avec ses auditeurs, qui devaient remettre 5 $ américains pour en faire partie. Un total de 2891 personnes ont répondu à l'appel, envoûtées par la possibilité de partager la cagnotte.
«Je n'ai aucune idée du temps que ça prendra pour acheter tout ça, mais j'ai toute ma journée», a révélé l'animateur de L'avant-match, qui roulait avec son recherchiste Mathieu Boulay. Il a toutefois pris soin d'aviser l'endroit où il se rendait pour réaliser ses achats qu'il avait l'intention d'acheter une quantité de billets, disons, appréciable...
<p>Le FM93 a lancé un groupe avec ses auditeurs, qui devaient remettre 5 $ américains pour en faire partie. Un total de 2891 personnes ont répondu à l'appel, envoûtées par la possibilité de partager la cagnotte du Powerball</p>
Effet sous-estimé
«Je l'avoue, nous avons sous-estimé l'effet du Powerball. On pensait avoir 300 ou 400 participants. On pensait que le fait de devoir aller chercher des dollars US à la caisse ralentirait les gens, mais ça n'a pas été le cas», explique celui que ses fans surnomment «DanPou».
L'animateur dormira dans le Maine mercredi, soir du tirage, et fera valider ses billets jeudi, un processus qui devrait encore une fois durer plusieurs heures. «Les touristes ont le droit de jouer au Powerball, mais ils doivent se trouver aux États-Unis lors du tirage afin de pouvoir réclamer leur lot», précise-t-il.
Si l'une des 14 455 mises remportait le gros lot, chaque participant recevrait l'équivalent de 740 349 $ canadiens. Tout gain net de 10 000 $ ou moins sera réinvesti dans une loterie de Loto-Québec. «Y pensez-vous? Ça fera environ 3 $ chacun si on gagne 10 000 $...» fait remarquer Poulin.
Giga-gros lot
Lancé en 1988 sous le nom de Loto*America, le Powerball a reçu son nom et sa forme actuelle en 1992. Offerte dans 44 des 50 États américains ainsi que dans le District de Columbia, à Porto Rico et dans les Îles vierges américaines, la loterie a vu son plus important gros lot, soit 590 millions $, être remporté en 2013 par une octogénaire de la Floride.
Mais au fait, qu'est-ce que ça représente, 1,5 milliard $US? Au taux de change actuel, c'est un peu plus de 2,1 milliards $CAN, soit grosso modo l'équivalent de la fortune de Guy Laliberté ou de Jean Coutu.
C'est aussi plus que la valeur de n'importe quelle équipe de la Ligue nationale de hockey (LNH), y compris le Canadien de Montréal, qui vaut 1,175 milliard $US. C'est même plus que la valeur des Panthers de la Floride, du Lightning de Tampa Bay, des Coyotes de Phoenix, des Hurricanes de la Caroline, des Blue Jackets de Columbus et des Predators de Nashville... réunis.
Il faut toutefois préciser que le grand gagnant devra payer l'impôt au gouvernement américain sur ses gains, soit environ 30 % du total. «Pour nous, ce n'est pas vraiment un problème puisque ça représente l'équivalent du taux de change», conclut Dany Poulin.