En région

Incendie à l'usine Cascades au Témiscouata: pompier décédé à cause de l'effondrement d'un conduit de ventilation

MATANE – L'effondrement d'un conduit de ventilation survenu à la suite d'un incendie qui s'était déclaré à l'usine Cascades de Témiscouata-sur-le-Lac, le 1er mai, a coûté la vie du pompier volontaire Carmel Moreault. Telle est la principale conclusion de l'enquête menée par la CNESST.

Vers 19h30, le soir de l'accident, un feu se déclare dans la section de la sécherie de la machine à papier de l'usine Cascades Emballage carton-caisse Cabano. Les pompiers sont immédiatement appelés à intervenir sur les lieux. Vers 20h45, M. Moreault et deux autres pompiers effectuent une reconnaissance finale de l'endroit du sinistre afin de s'assurer que le foyer d'incendie ait été complètement maîtrisé. Au moment où le pompier Moreault passe sous la section chargée d'eau d'un conduit de ventilation servant au séchage du papier, celle-ci lui tombe dessus. L'homme en est dégagé par ses collègues, puis transporté à l'hôpital, où son décès est constaté.

Deux causes sont retenues par la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST): la conception du système de ventilation a entraîné l'accumulation d'eau et celle-ci a causé la rupture de ses supports de fixation. À la suite des conclusions de l'enquête, Cascades a installé des systèmes de retenue pour stabiliser la charge du conduit de ventilation et un drain pour évacuer l'eau.

En région

Hausse de 3,1 % du compte de taxes à Rimouski

RIMOUSKI — Le compte de taxes des contribuables de Rimouski sera majoré de 3,1 % en 2019. C’est ce qui ressort du budget 2019 d’un montant total de 87,4 millions $ adopté par le conseil municipal de Rimouski. Ainsi, le propriétaire d’une résidence évaluée à 210 800 $ paiera 71 $ de plus.

Avec 2,05 % d’augmentation, la taxe foncière a été fixée sous l’indice des prix à la consommation. Toutefois, la construction du complexe sportif Desjardins, qui devrait ouvrir ses portes dès février, vient gonfler le compte de taxes de 1,05 %, pour une hausse totale de 3,1 %. Pour rembourser le prêt de 7 millions $ contracté par la Ville pour la construction du bâtiment, les contribuables de Rimouski devront rembourser 21 $ pendant 20 ans.

Pour le maire de Rimouski, Marc Parent, il s’agit d’un excellent budget. «Il y a un fort pourcentage des dépenses qui sont incompressibles, associées principalement à la main-d’œuvre, souligne Marc Parent. Il y a également une série de dépenses qui sont hors du contrôle de la Ville et qui sont largement supérieures à l’indice des prix à la consommation. On peut penser aux augmentations de 18 % des produits pétroliers et de 10 % du bitume.»

À ceux qui appréhendaient que la dépense de 42 millions $ pour la construction du complexe sportif ne devienne un gouffre financier pour la Ville de Rimouski, le maire Parent rappelle que le chantier n’a accusé aucun dépassement de coûts et que du montant total, les contribuables ne rembourseront que 7 millions $, la balance ayant été principalement déboursée par les deux paliers de gouvernement.

Le budget 2019 comporte une nouveauté : un fonds de 250 000 $ affecté aux projets écoresponsables. «À titre d’exemple, un montant de 15 000 $ sera consacré à une étude scientifique pour la conversion de l’éclairage à DEL», mentionne l’élu.  

+

En région

Îles-de-la-Madeleine: le câble sous-marin réparé d’ici 30 jours

Le gouvernement caquiste s’engage à réparer l’un des deux câbles de communication qui relie les Îles-de-la-Madeleine à la terre ferme d’ici 30 jours tout en déplorant l’absence d’inspection sur ces câbles depuis 2003.

«Il est question de sécurité de la population et il est clair qu’on laissera pas tomber la population des Îles-de-la-Madeleine», a soutenu mardi Marie-Ève Proulx, la ministre responsable de la région. 

Mme Proulx n’est toutefois pas en mesure de dire combien coûtera cette réparation d’urgence. «Ça va se faire rapidement, à des coûts raisonnables.»

Selon la ministre, «c’est pas normal du tout» qu’un tel câble sous-marin cède lors d’une tempête, comme ça a été le cas jeudi dernier. Les Madelinots ont alors été coupés du monde pendant de nombreuses heures, sans accès à Internet ni à la téléphonie cellulaire.

Pas d’inspection

Elle montre du doigt l’ancien gouvernement libéral, qui a installé ce câble en 2003 et qui ne s’en est pas soucié depuis. «Il n’y a jamais eu d’inspection complète», dit-elle. 

Mme Proulx indique que son gouvernement va s’assurer que les câbles soient dorénavant protégés des intempéries et que des inspections soient plus fréquentes. Une première inspection complète est prévue à l’été 2019.

Interpellé en chambre par le député péquiste des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, le gouvernement caquiste s’est voulu rassurant. La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a indiqué qu’il «demeure des enjeux» de sécurité aux Îles-de-la-Madeleine, dont son gouvernement va s’occuper.

Pour­parlers avec Hydro

Le ministre des Ressources naturelles, Jonatan Julien, a quant à lui expliqué que des pourparlers sont en cours avec Hydro-Québec pour que le projet d’alimenter les Îles en hydroélectricité grâce à des câbles sous-marins se fasse plus rapidement. Selon M. Julien, «2025, c’est trop loin». Il espère pouvoir «raccourcir de manière notable cet échéancier-là», ce qui permettrait au gouvernement d’en profiter pour fournir aux Madelinots un autre câble de communication. 

Le député Arseneau a proposé qu’en attendant le projet d’Hydro-Québec, les Îles-de-la-Madeleine aient «un lien micro-ondes» avec la terre ferme. Le gouvernement de la Coalition avenir Québec n’a pas dit oui, mais jongle avec différentes alternatives.

«On va trouver la meilleure solution pour tout le monde», indique Mme Guilbault.

En région

Près de la moitié des baleines noires restantes dans le monde dans le golfe du Saint-Laurent

GASPÉ — La plus grosse concentration de baleines noires, une espèce en voie de disparition, se situe dorénavant dans le sud du golfe du Saint-Laurent, en eaux canadiennes, généralement de la fin d’avril à la fin de décembre.

De plus, depuis deux ans, une seule baleine noire a été vue à une profondeur inférieure à 50 mètres, ce qui pourrait remettre en question la pertinence d’interdire temporairement la pêche côtière au homard dans certains secteurs, une mesure prise l’été dernier pour protéger ces mammifères contre les empêtrements dans les cordages.

Les scientifiques de Pêches et Océans Canada ont partagé mardi les données recueillies par avion, par bateau et par surveillance acoustique en 2018. Ils estiment à 190 le nombre de baleines noires présentes dans le sud du golfe Saint-Laurent, soit près de la moitié de la population mondiale.

Au total, il reste sur la planète 411 individus de cette espèce, dont le nombre décline. Aucun baleineau nouveau-né n’a été observé en 2018. Ces baleines vivent toutes au Canada et aux États-Unis, sur la côte est.

«C’est un changement réel, pas juste une question d’efforts [d’observation]», estime le biologiste Mike Hammill, de Pêches et Océans, à propos des observations dans le golfe.