Justice et faits divers

Accident mortel: un jeune conducteur franchit le terre-plein et percute un autre véhicule sur la 20

LA POCATIÈRE - Une adolescente et un sexagénaire ont perdu la vie et quatre autres personnes ont été blessées mercredi soir dans une tragédie routière survenue sur l’autoroute 20 près de La Pocatière, dans la région du Bas-Saint-Laurent.

Selon ce qu’a appris la Sûreté du Québec (SQ), vers 19h30, pour une raison qui n’a pas encore été établie, une petite automobile conduite par un homme de 20 ans qui circulait vers l’ouest a quitté sa voie, traversé le terre-plein central et heurté un véhicule utilitaire sport (VUS) qui roulait vers l’est.

Les victimes sont une passagère de la voiture qui a dévié de sa voie, une adolescente âgée de 17 ans qui demeurait à La Pocatière, et le conducteur du VUS, Alain Dion, un résident de Matane âgé de 63 ans.

Tous les blessés ont été transportés à l’hôpital, mais on ne craint pas pour leur vie.

La SQ signale qu’un prélèvement sanguin devait être fait à l’hôpital sur le conducteur de la voiture qui a quitté sa voie, mais que les enquêteurs n’ont pas encore décidé s’ils en réclameraient les résultats pour vérifier si les facultés du jeune homme étaient affaiblies. Selon les premières constatations policières, les conditions météorologiques n’ont pas joué de rôle dans la perte de contrôle.

La circulation normale sur le tronçon de l’autoroute 20 où l’accident a eu lieu a été rétablie vers 2h30, jeudi.

Science

Nichées fructueuses pour les fous de Bassan de l’île Bonaventure

PERCÉ — La reproduction des fous de Bassan de l’île Bonaventure a bien réussi cet été, après plusieurs années difficiles. Près des deux tiers des œufs pondus (64 %) dans la colonie ont produit un oiseau prêt à l’envol, alors que le taux de succès avait plongé aussi bas que 8 % en 2012. Les fous ont pu se gaver de capelan et de maquereau, présents en abondance près de Percé.

« Le capelan a roulé sur beaucoup de plages pendant longtemps. Les fous n’avaient pas à se déplacer. Il y avait de la nourriture en abondance, proche. Ça a donné un bon départ «, relate Jean-François Rail, biologiste au Service canadien de la Faune.

En juillet, le capelan descend en profondeur et devient inaccessible aux fous. Le maquereau et le hareng prennent le relais comme garde-manger. Ces deux espèces ont montré des signes de faiblesse ces dernières années.

Mais bonne nouvelle, en 2018, « il y a eu beaucoup de petit maquereau de 15 centimètres et moins dans l’alimentation des fous», indique M. Rail. Lui et son équipe collectent la matière régurgitée par les fous et l’analysent.

GPS

Les scientifiques munissent certains fous de GPS pour étudier leurs déplacements. Cette année, « ils restaient dans la baie des Chaleurs, parfois jusqu’à la baie de Miramichi «, rapporte M. Rail. C’est un trajet banal pour ces oiseaux marins, qui ont l’habitude de voler 300 kilomètres pour se nourrir. 

Rien à voir avec l’année 2012, où ils devaient parcourir le double, soit 600 kilomètres en moyenne, et parfois jusqu’à 1000 ou 1500 kilomètres pour se nourrir et rapporter de quoi manger à leur rejeton.

Cette année-là, moins d’un poussin sur dix œufs (8 %) était encore vivant quatre à cinq mois après la ponte pour s’envoler du haut des falaises de l’île. 

Le succès de reproduction était demeuré bas de 2013 à 2017, avec des valeurs oscillant entre 36 % et 50 %. Pour que la colonie demeure stable, environ 67 % des nids doivent produire un poussin prêt à l’envol. De 1976 à 2009, une période où la colonie était en croissance, ces taux variaient de 72 % à 77 %.

La colonie de l’île Bonaventure, la plus grosse en Amérique du Nord, a atteint un plafond de 60 000 couples en 2009. Depuis, elle évolue en dents de scie. Le décompte le plus récent, en 2017, a recensé 48 260 couples. La colonie se trouve sur le territoire du parc de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé, géré par la SÉPAQ.

Environnement

La Gaspésie attend jusqu’à 25 centimètres de neige de mercredi à jeudi

MONTRÉAL - Une bordée de neige significative devrait s’abattre à compter de ce mercredi sur les hauteurs de la Gaspésie.

De 15 à 25 centimètres de neige sont prévus par Environnement Canada sur le Parc de la Gaspésie, de la matinée jusqu’à jeudi.

Les météorologues signalent que bien que la neige sera fondante ou même sous forme de pluie près du littoral, des accumulations importantes sont aussi anticipées en soirée et jeudi matin alors que le taux de précipitation sera maximal.

Des avertissements de neige ont été émis par Environnement Canada pour les municipalités de Gaspé, Cap-Chat, Grande-Vallée, Murdochville, Rivière-au-Renard et Sainte-Anne-des-Monts.

Justice et faits divers

Un homme de 73 ans porté disparu au Bas-Saint-Laurent

MONTRÉAL - La Sûreté du Québec (SQ) fait appel à la population pour l’aider à localiser un septuagénaire qui est porté disparu de son domicile de la région du Bas-Saint-Laurent depuis six jours.

Moïse Rioux, âgé de 73 ans, a été vu pour la dernière fois le 17 octobre à sa résidence de la rue Principale à Saint-Mathieu-de-Rioux, à une vingtaine de kilomètres à l’est de Trois-Pistoles. Il serait parti à pied, à une heure qui n’a pas été précisée.

La SQ signale que les proches de M. Rioux ont des raisons de craindre pour sa santé et sa sécurité.

Moïse Rioux mesure 1,78 m et pèse environ 82 kg. Ses cheveux sont gris et ses yeux sont bleus. Il porte des lunettes et des appareils auditifs.

La Sûreté du Québec publie sur son site web une photographie du disparu.

Toute personne qui l’apercevrait est priée de communiquer avec le 911. Toute information pouvant permettre de retrouver M. Rioux peut être communiquée confidentiellement à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1-800-659-4264.