«Il y a du monde qui ne comprend pas que des gens travaillent pour les soigner, pour les nourrir, souvent à des salaires qui ne se comparent pas à ceux qui sont versés dans le domaine de la santé, déplore le copropriétaire de l’Hostellerie Baie bleue, Stéphane Boudreau. Alors, ne faites pas de farces avec ça.»

Une mauvaise blague cause la fermeture d’un hôtel

CARLETON – La «blague» d’une cliente de l’Hostellerie Baie bleue de Carleton, en Gaspésie, a provoqué jeudi la fermeture jusqu’au 3 avril de l’établissement de 109 chambres. La dame a annulé sa dernière nuit à l’hôtel en prétextant faussement qu’elle souffrait du coronavirus.

La direction de l’Hostellerie Baie bleue avait déjà réduit ses services au cours de la semaine précédente, d’une part pour respecter les normes de santé publique changeant quotidiennement depuis le 12 mars, et d’autre part pour s’adapter aux annulations s’accumulant depuis cette date.

«La cliente a appelé jeudi en milieu de journée pour dire: “je vais devoir quitter ce soir; j’ai le coronavirus”. Le personnel était nerveux, même les membres les plus solides. Les femmes de chambre étaient déjà allées dans sa chambre. On les isole. On se prépare à appeler la Direction de la santé publique quand on réussit à parler à sa supérieure, qui nous dit que ce n’est rien qu’une blague», raconte le copropriétaire de l’établissement, Stéphane Boudreau.

Même pas d’excuses

La «blagueuse» a rappelé plus tard à la Baie bleue. «Elle ne s’est pas excusée. Elle a dit “Le monde capote. Il faudrait en revenir”. Ce que je déplore, c’est qu’il y a du monde qui ne comprend pas que des gens travaillent pour les soigner, pour les nourrir, souvent à des salaires qui ne se comparent pas à ceux qui sont versés dans le domaine de la santé. Alors, ne faites pas de farces avec ça», rappelle Stéphane Boudreau.

Une inquiétude aiguë a régné dans son hôtel pendant une heure. «En deux jours, elle est allée au pub, elle est allée partout. J’ai des employés solides et ils m’ont dit qu’elles n’avaient pas le goût de travailler dans ces conditions. Je les comprends. Toute la semaine, j’ai accueilli des motoneigistes de différents endroits. Ils sont allés dans des restaurants. Le niveau de stress était très élevé. Elle [la cliente] a été la goutte qui a fait déborder le vase», précise M. Boudreau, qui a reçu une lettre d’excuse de la superviseure.

L’Hostellerie Baie bleue avait déjà fait passer son personnel de 30 à sept employés entre le 12 et le 19 mars. Il avait réduit de moitié la capacité de son pub et instauré un service de livraison de repas. «C’était grandement apprécié. On avait organisé un menu, trouvé du monde pour la livraison. Cette semaine, on avait quand même des clients pour 15 à 20 chambres par soir», précise M. Boudreau.

D’ici le 3 avril, l’hôtel perdra ainsi plusieurs dizaines de milliers de dollars. Ces pertes s’ajoutent aux annulations s’étant accumulées les 12 et 13 mars.

«On a perdu à peu près toutes nos réservations d’ici la fin juin. On avait un méchant bon printemps. On va réussir à reporter certaines réservations, si la crise se termine dans un délai raisonnable. On a 500 000 $ de pertes de revenus en deux jours et on ne sait pas quand ça va finir», dit M. Boudreau.

Il ne sait trop non plus s’il portera plainte contre la cliente ayant commis un méfait. «C’est un acte criminel. On réserve notre droit. Ce n’est pas dans nos plans immédiats. Pour le moment, on a trop à gérer», conclut-il.