Le camion du restaurant Tétû a été le premier <em>foodtruck</em> à s’installer à Gaspé, après que la ville ait autorisé la cuisine de rue.
Le camion du restaurant Tétû a été le premier <em>foodtruck</em> à s’installer à Gaspé, après que la ville ait autorisé la cuisine de rue.

Un premier foodtruck dans les rues de Gaspé

Dès que Gaspé a autorisé les foodtrucks sur son territoire, il y a quelques semaines, la brasserie gaspésienne Tétû s’est lancée dans l’aventure. Après avoir dû interrompre les opérations de son restaurant en raison de la COVID-19, le propriétaire a vu dans le camion une façon de faire repartir la machine.

«Quand on a pensé au concept du Tétû, il y avait un foodtruck dans le décor», explique le propriétaire de l’établissement gaspésien, Pascal Denis. Ce dernier ne s’attendait cependant pas à le voir arriver aussi rapidement dans le paysage de Gaspé. «On l’imaginait dans un horizon de 5 à 6 ans, mais la pandémie a vraiment devancé les choses comme on a dû mettre le restaurant sur pause», ajoute-t-il. 

Installé depuis quelques semaines sur la rue de la Reine, à Gaspé, le camion connaît déjà beaucoup de succès, de l’ouverture à la fermeture. «Comme on propose des repas et de la crème glacée, ça permet de ne pas avoir de temps mort. La clientèle est vraiment au rendez-vous», se réjouit M. Denis. 

Un camion pas trop mobile 

Le camion du Têtû est pour l’instant plus statique que prévu, COVID-19 oblige. Afin de respecter les mesures de la Santé Publique, le restaurateur a dû installer des séparateurs, des cordons et des pastilles autour du camion pour faire respecter la distanciation sociale. 

Pascal Denis souhaite tout de même offrir une expérience complète à ses clients, même si les mesures sont bien présentes. «On veut installer une terrasse, de la musique, rendre ça agréable de manger autour du camion, même s’il y a des règles à respecter», ajoute-t-il. 

S’il restera devant l’hôtel Baker pour toute la durée de la saison touristique, le camion pourrait très bien se promener dans des événements corporatifs une fois l’été terminé. «On a déjà eu pas mal de demandes d’entreprises. On a hâte de pouvoir y répondre !» lance M. Denis.

La cuisine de rue est là pour rester à Gaspé

Si la ville a décidé de permettre aux restaurateurs comme Pascal Denis de se lancer dans la nourriture de rue, c’est tout d’abord pour les aider le plus possible à se sortir de la crise de la COVID-19, particulièrement difficile pour les restaurateurs. «On a voulu donner un peu d’élastique aux restaurateurs pour qu’ils aient le plus de chances possible de s’en sortir», explique le maire de Gaspé, Daniel Côté. 

Alors que la cuisine de rue était interdite à Gaspé auparavant, le maire a bien l’intention de la permettre bien au-delà de la pandémie. «Pour l’instant, ce n’est qu’une dérogation, mais on veut vraiment le légaliser au cours des prochains mois. On veut juste s’assurer que les foodtrucks qui sont à Gaspé soient reliés à des restaurateurs de Gaspé», conclut-il.