Le ministre Martin Coiteux

Un fonds de 100 millions $ pour les régions

Le gouvernement de Philippe Couillard lance aujourd'hui une opération qu'il qualifie de majeure en direction des régions du Québec - opération qui ne concerne ni la capitale ni la métropole.
À la clé, un nouveau fonds de 100 millions $ mis à leur disposition pour des projets qu'elles détermineront comme elles l'entendent et qu'elles jugeront prioritaires. Les ministères et les organismes du gouvernement auront l'obligation de soutenir leur mise en oeuvre.
Le ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, Martin Coiteux, réfute avoir déshabillé Pierre pour habiller Paul, autrement dit avoir aboli les conférences régionales des élus (les CRE) pour les remplacer par ce nouveau fonds, le Fonds d'appui au rayonnement des régions.
«Oui, on a pris un certain nombre de décisions qui ont permis de ramener l'équilibre budgétaire [dont l'abolition des CRE]. C'est vrai. Mais maintenant, les dépenses sont sous contrôle. On a des marges de manoeuvre qui n'étaient pas là.»
Cette enveloppe de 100 millions $ par année, c'est du «net» - c'est de l'argent qui n'existait pas, dit l'ex-président du Conseil du trésor.
«On veut financer des projets; pas leur administration», lance-t-il pour tenter de tuer dans l'oeuf les critiques de ceux qui reprocheraient encore au gouvernement d'avoir passé à la trappe les conférences régionales des élus.
Avec le nouveau fonds, «on change de façon fondamentale toute notre approche en matière de développement économique régional et de stratégie d'occupation du territoire», fait valoir le ministre, qui est aussi responsable de la Sécurité publique.
Des ministres en tournée
À partir d'aujourd'hui, Martin Coiteux et tous les ministres ayant la responsabilité des régions administratives du Québec sillonneront le territoire québécois afin que soit lancée, dans chaque région, «une démarche d'élaboration de priorités régionales».
Aujourd'hui, M. Coiteux sera à Bécancour, dans le Centre-du-Québec. La semaine prochaine, il sera au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Une opération de mobilisation qui est aussi politique.
À partir du 1er avril prochain, soit à partir de l'année fiscale 2017-2018, le Fonds d'appui au rayonnement des régions sera doté de 30 millions $. Dans cinq ans, il sera nanti de 100 millions $ par année. D'autres fonds sont prévus pour Québec et Montréal.
Avec le Fonds d'appui au rayonnement des régions, les régions administratives détermineront leurs priorités régionales et institueront elles-mêmes les comités de sélection qui verront à les établir, insiste Martin Coiteux.
Il assure que ce fonds ne remplace aucune autre enveloppe gouvernementale, mais qu'il s'ajoute à ce qui existe déjà.
«Mise au jeu»
Tout projet sera le bienvenu, pour autant qu'il soit décidé par les préfets des MRC, les maires et les gens de la région concernée. Il pourra s'agir d'une nouvelle initiative visant à faire revenir des jeunes, un projet de transport à l'échelle régionale ou encore une formation spécifique pour répondre à une pénurie de main-d'oeuvre.
«C'est la mise au jeu d'une nouvelle stratégie d'occupation du territoire. Chaque région pourra mieux définir son propre modèle de développement, à sa manière.»
D'ici la fin de l'année, le gouvernement fera connaître sa nouvelle «stratégie d'occupation du territoire». «Elle pourra faire état, région par région, des priorités d'intervention que chacune d'entre elles souhaiterait voir mettre de l'avant», résume un document de consultation.