Le nouveau complexe sportif de Rimouski, qui comprendra deux patinoires, une piscine semi-olympique, une plage récréative ainsi qu'un bassin avec jeux d'eau, sera construit au coût de 38,4 millions $.

Un complexe sportif à Rimouski après 10 ans d'attente

Un rêve que caressait depuis une dizaine d'années la Ville de Rimouski deviendra enfin réalité : elle aura son complexe glaces et piscines, qui sera construit au coût total de 38,4 millions $.
Devant une salle comble, les représentants des deux paliers de gouvernement ont confirmé, lundi après-midi, une contribution financière totale de 25,6 millions $, permettant ainsi à l'administration municipale d'aller de l'avant dans son projet. 
Les coûts de construction du bâtiment seront assumés à parts égales par Ottawa, Québec et Rimouski. Avec la confirmation des deux tiers du financement, il restera, pour la Ville, à investir 12,8 millions $. Pour ce faire, les contribuables de Rimouski verront une augmentation moyenne de leurs taxes foncières de 21 $ par année. «Il y avait un besoin incontournable», justifie le maire, Marc Parent.
Le complexe sportif comprendra deux patinoires, dont l'une de dimensions internationales et l'autre de dimensions nord-américaines, une piscine semi-olympique, une plage récréative ainsi qu'un bassin avec jeux d'eau. L'édifice sera construit sur un terrain contigu au campus de l'Université du Québec à Rimouski, qui en a d'ailleurs fait don à la Ville.
«Éric Forest [l'ancien maire de Rimouski, devenu sénateur] m'en a parlé aussitôt que je suis devenu ministre régional, il y a bientôt trois ans, raconte le ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Jean D'Amour. Il m'avait dit que c'était une priorité pour Rimouski. C'est un projet de société important pour Rimouski, qui va lui permettre, sur le plan de son vécu sportif et social, d'aller plus loin. Rimouski sera, comme d'autres villes au Québec, un lieu privilégié pour des compétitions de niveau québécois et canadiens. C'est une oeuvre collective de Rimouski, mais qui va rejaillir sur l'ensemble de l'Est-du-Québec.»
«Ce qui est bon pour Rimouski est bon pour le Bas-Saint-Laurent, corrobore le secrétaire parlementaire du ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, David Lametti. Nous espérons pouvoir laisser un héritage durable pour les prochaines générations.»
L'appel d'offres sous peu
Comme la Ville de Rimouski avait confiance que le projet pourrait se concrétiser, elle a fait réaliser les plans et devis, qui sont complétés à 98 %. Elle sera donc en mesure de lancer l'appel d'offres bientôt. «On devrait être capables d'attribuer le contrat à la mi-juin, se réjouit le maire Parent. D'ici quelques semaines, on sera en mesure de faire notre première pelletée de terre. Il va y avoir un impact économique immédiat.»
Il est impossible, pour le moment, de connaître le nombre d'emplois qui seront créés tant par la construction du nouveau complexe que pour les opérations de la nouvelle infrastructure, dont l'ouverture est souhaitée pour Noël 2018. 
La Ville de Rimouski fera une présentation publique du projet le 4 avril à 19h30 à la Salle Desjardins-Telus de Rimouski. «On fera faire une visite virtuelle du complexe», indique Marc Parent.
Cure de Jouvence à l'aréna de Mont-Joli
Le Stade du Centenaire de Mont-Joli sera agrandi et rénové au coût total de 8 millions $.
Le Stade du Centenaire de Mont-Joli sera agrandi et rénové au coût total de 8 millions $. L'aide financière, qui était attendue depuis trois ans, a été confirmée lundi après-midi. Ottawa et Québec financeront le projet à parts égales pour un investissement total de 5,4 millions $. Le dernier tiers des investissements requis sera assumé par la Ville de Mont-Joli.
Les annonces ont été faites par le député d'Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, Rémi Massé, et par le ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Jean D'Amour. 
Les travaux de l'aréna, dont les dernières rénovations remontent à plus de 25 ans, comprendront l'ajout d'espaces publics, l'aménagement de nouveaux vestiaires et d'entrepôts pour le remisage des équipements sportifs, le remplacement des bandes et du système de réfrigération ainsi que l'aménagement de nouveaux bureaux qui permettra aux employés de la direction des loisirs de la Ville de travailler de cet endroit. 
«Enfin!» s'est exclamée la mairesse de Mont-Joli, Danielle Doyer, en se disant être émue. «L'endroit a besoin de beaucoup d'amour. Ça a besoin d'être rafraîchi et mis aux normes. On va enlever le fréon pour mettre des matières plus acceptables au point de vue environnemental. Aussi, les bandes ne sont pas assez hautes. On va mettre notre aréna au goût du jour.»
Dès à présent, la Ville de Mont-Joli pourra lancer l'appel d'offres pour la réalisation des plans et devis. «On devrait être prêts pour les travaux en avril 2018», espère la mairesse. La finition des travaux est prévue à l'automne de la même année.
Le député provincial de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, s'est dit satisfait du dénouement de ce dossier sur lequel il est souvent revenu à la charge auprès du gouvernement Couillard.