Le Saaremaa, qui devait revenir à Matane le 20 janvier, est toujours au port de Trois-Rivières.

Traverse Matane–Côte-Nord: le Saaremaa n’est pas de retour

MATANE — Le NM Saaremaa I, qui devait être de retour à Matane lundi pour reprendre son service de traverse entre Matane, Baie-Comeau et Godbout, demeurera ancré au port de Trois-Rivières jusqu’à avis contraire. La Société des traversiers du Québec (STQ) assure toutefois que le Saaremaa, qui remplace le F.-A.-Gauthier qui est encore une fois inopérant en raison de nouveaux problèmes, est prêt à revenir n’importe quand à Matane.

C’est le Vacancier qui le remplace depuis le début du mois. La STQ a pris la décision de prolonger le contrat de service avec la Coopérative de transport maritime et aérien (CTMA) puisque son navire, le Vacancier, n’est pas encore requis à Cap-aux-Meules pour prendre la relève du Madeleine. «Le Madeleine opère moins bien dans les glaces que le Vacancier, précise la conseillère en communication de la STQ, Audrey Cloutier. Mais, comme la condition des glaces permet que le Madeleine poursuive encore quelques jours ses traversées, ça nous permet de conserver le Vacancier à Matane.»

Les travaux de mises aux normes en matière de protection et de lutte contre les incendies, tels qu’exigés par Transport Canada, sont terminés sur le Saaremaa. «On a décidé de poursuivre quelques travaux qui étaient prévus pour un arrêt technique ultérieur, explique la porte-parole de la société d’État. On devance.»

Audrey Cloutier pourfend le fait que la STQ garde le Vacancier au lieu de faire revenir le Saaremaa parce que le premier est beaucoup plus habile à naviguer dans les glaces que le second, qui est un traversier à pont ouvert.

Premiers essais

Par ailleurs, le NM F.-A.-Gauthier est sorti lundi après-midi pour ses premiers essais en mer. «Ce sont des essais préliminaires pour pouvoir savoir comment le navire réagit à la suite des travaux, explique Mme Cloutier. Il pourrait y en avoir également dans les prochains jours. Ça va dépendre de la manière dont le navire répond. C’est une première étape. Elle est cruciale. On verra après.» La conseillère en communication n’a pas voulu s’avancer davantage sur la situation. «Je ne commenterai pas les essais en mer», a-t-elle fait savoir.

Rappelons que de nouveaux problèmes sont apparus sur le F.-A.-Gauthier en décembre, après qu’il eut quitté la cale sèche du chantier Davie, où il y est demeuré pendant un an afin de démonter et de remplacer ses propulseurs azimutaux. C’est lors du trajet entre Lévis et Matane qu’une anomalie a été décelée aux moteurs électriques. Depuis, des experts européens provenant de la compagnie General Electric s’affairent à identifier ce qui cloche et à le réparer, pendant que le traversier, acheté au coût de 170 millions $ en 2015, est amarré à son port d’attache de Matane.

La STQ maintiendra les liaisons aériennes entre les aéroports de Matane, de Baie-Comeau et de Sept-Îles tant et aussi longtemps que le F.-A.-Gauthier ne sera pas revenu en service.