Le chantier de la Romaine-4

Travailleur mort à La Romaine: feu vert pour récupérer le corps

Hydro-Québec obtient le feu vert pour entreprendre la vaste et périlleuse opération visant à récupérer le corps de Luc Arpin, toujours prisonnier, une semaine après sa mort, de sa pelle hydraulique, ensevelie sous un mur de roches à La Romaine-4.
La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a autorisé l'étape 2 du plan de sauvetage de la société d'État. «Les travaux [de cette phase 2] sont déjà commencés, il n'y a pas eu une minute à perdre», a confirmé en soirée Mathieu Rouy des relations avec les médias pour Hydro-Québec. 
Hydro-Québec doit maintenant procéder à du dynamitage sur le mur gauche de la paroi rocheuse qui s'est effondré, vendredi dernier. «Il y a deux blocs qui sont particulièrement menaçants, il faut les retirer», précise-t-il. Le haut de la paroi sera aussi «écaillé manuellement», et les équipements «encore dans la zone dangereuse» retirés. 
«Il pourrait y avoir un autre éboulement et c'est ce que l'on veut prévenir», explique M. Rouy. Tout le secteur du canal d'amenée de la dérivation est toujours considéré comme une zone à risque. Mardi, la société d'État a été en mesure de stabiliser «certaines zones» du roc «pour avoir des endroits stables et sécuritaires» pour travailler. 
«[Pour donner une image des lieux], c'est comme un éboulement dans une mine, sauf que c'est à ciel ouvert. Il y a eu un éboulement, du roc s'est détaché, il y a une pelle mécanique et un homme dedans, ensevelis, et tout autour, ça menace de s'écrouler aussi, surtout si on vient essayer de déplacer les rochers», illustre le porte-parole. 
Protéger la victime 
Des mesures particulières seront aussi prises pour protéger le corps de M. Arpin, 51 ans, des Escoumins, au cours des travaux. Des matelas «très épais» de dynamitage seront disposés de façon à épargner la pelle hydraulique et sa cabine des débris. «Il faut absolument protéger le travailleur et le traiter avec tout le respect qui s'impose», affirme M. Rouy. 
Impossible pour l'heure de prédire la durée de l'opération qui doit s'exécuter en quatre étapes. Hydro-Québec «vient de transmettre» son plan à la CNESST pour sa phase 3, qui consiste à se rapprocher encore plus de l'engin du travailleur. Forage, dynamitage et écaillage sont aussi prévus en plus de la construction d'une rampe «si requis». 
L'ultime étape, qui prévoit de récupérer la victime et sa pelle hydraulique, «est en préparation». C'est la firme EBC, qui embauchait M. Arpin, qui collabore à l'exécution des travaux avec Hydro-­Québec et la CNESST. Les activités d'excavation sont toujours suspendues à La Romaine-4, mais le reste du chantier de 7,2 milliards $ est en activité.