Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les Chalets du Parc, à Gaspé, sont presque complets pour l’été.
Les Chalets du Parc, à Gaspé, sont presque complets pour l’été.

Tourisme en Gaspésie: l’été 2021 déjà presque complet

Simon Carmichael
Simon Carmichael
Initiative de journalisme local - Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Tout indique que l’été prochain sera une fois de plus marqué par la folie pour la Gaspésie. À peine en février, l’industrie touristique constate que les Québécois s’y prennent beaucoup plus tôt pour s’assurer de pouvoir profiter des plages de la péninsule.

Alors que la glace recouvre encore la Baie de Gaspé, on entrevoit déjà un été bien occupé. Déjà, mettre la main sur un chalet pour la période estivale relève presque du miracle, selon le directeur exécutif de Destination Gaspé, Stéphane Ste-Croix. «J’ai l’impression qu’on va surfer sur la vague COVID encore une fois cette année», note-t-il.

Aux Chalets du Parc, une entreprise qui exploite plus d’une trentaine de chalets près du parc Forillon, les dates disponibles se font de plus en plus rares. «On doit commencer à conseiller aux gens de regarder pour des périodes moins achalandées. Dans une année normale, c’est en mai qu’on atteint ce point-là», rapporte la directrice des ventes et du marketing, Djenabou Bah.

«Les réservations ont toujours débuté tôt, mais cette année, on sent vraiment un engouement spécial. Les gens savent qu’ils risquent de devoir rester au Québec, alors pour éviter une situation comme l’été dernier [où plus rien n’était disponible], on s’y prend d’avance», explique Mme Bah.

Le directeur exécutif de Destination Gaspé, Stéphane Ste-Croix, se réjouit de l’engouement qui se fait sentir pour la Gaspésie.

Même son de cloche du côté de M. Ste-Croix. «Question chalet, c’est pas mal réglé pour cet été. Pour les campings, il reste de la place, mais la demande y est. C’est clair qu’on va frôler la pleine capacité dans les prochains mois», résume-t-il.

Éviter les erreurs de 2020

Alors que la région s’attend à un été achalandé, les différentes instances insistent pour s’assurer que les débordements sur les plages hautement médiatisés de l’été dernier ne se répètent pas. «Notre défi est vraiment la gestion des campeurs nomades. On s’assure d’avoir les outils nécessaires, et au moins, on n’aura pas d’effet de surprise. Cette année, on sait pas mal à quoi s’attendre», explique M. Ste-Croix.

Au cours des dernières semaines, la Ville de Gaspé s’est entendue avec Québec afin de pouvoir avoir juridiction sur les plages environnantes. D’autres solutions sont aussi envisagées par la municipalité, notamment un camping de débordement. «C’était un contexte unique. On sera prêt pour recevoir tout le monde cette année», conclut le directeur exécutif de Destination Gaspé.

Des touristes de plus en plus diversifiés

Les acteurs du domaine touristique gaspésien se réjouissent aussi de voir de plus en plus de membres des communautés culturelles visiter la péninsule depuis quelques années.

«Plusieurs ont redécouvert la Gaspésie l’an dernier. On observe un certain retour de ceux qui nous avaient connus dans le passé, mais on a aussi vu des clientèles moins traditionnelles, notamment des communautés culturelles de Montréal [...] On est en train de réussir à développer un “réflexe Gaspésie” auprès de cette clientèle qui est généralement moins encline à venir nous visiter», explique M. Ste-Croix.

Selon le directeur exécutif, cette hausse d’achalandage est en partie due à des efforts de l’industrie touristique datant de nombreuses années.

«On a été les premiers à s’intéresser à ce marché, essayer de rejoindre ces clientèles-là, et on récolte les fruits aujourd’hui. On est très contents de pouvoir leur partager notre belle région!»