La tempête du 30 décembre a causé d'impressionnants dégâts à Sept-Îles, notamment dans le secteur côtier de Clarke City où des résidences ont été lourdement endommagées et où d'autres propriétaires ont perdu plusieurs mètres de terrain.

Sept-Îles risque d'y goûter encore

Sept-Îles n'est pas encore remise de la «bombe météorologique» qui l'a fortement secouée vendredi qu'elle pourrait y goûter de nouveau mercredi.
Environnement Canada a mis en garde les riverains de Baie-Trinité à Sept-Îles du risque de «déferlement de vagues et de débordement côtier» tôt dans la matinée du 4 janvier puis en soirée, de 16h à 20h. «On souhaite que ce soit plus calme [que le 30], mais on est sur nos gardes», a indiqué le directeur régional de la Sécurité civile, Pierre Dassylva.
C'est que Sept-Îles se relève à peine de l'impressionnante tempête hivernale du 30 décembre qui a forcé l'évacuation d'une vingtaine de résidences dans les secteurs à l'est et à l'ouest du noyau urbain, le long de la côte. Mardi, une dizaine de citoyens n'avaient toujours pas pu réintégrer leur domicile.
«Maintenant, on va savoir ce que ça veut dire, une bombe météorologique», a lancé le maire, Réjean Porlier. L'intensité des vents a réveillé la mer qui a malmené les rives de la Côte-Nord et fait de lourds dégâts. Sept-Îles est la ville la plus touchée de la région avec un total de 43 bâtiments affectés, dont une quinzaine avec des «dommages importants».
Huit maisons ont été «fortement» brisées et il n'est pas exclu que certaines soient déplacées ou littéralement démolies, a expliqué M. Porlier. Dans le secteur de Clarke City, les vagues ont déferlé, inondant une partie de la rue des Campeurs. Un chalet a notamment été détruit et d'autres propriétaires ont perdu plusieurs mètres de terrain. 
Mardi, une équipe d'experts en sinistres de la Sécurité civile s'affairait d'ailleurs à évaluer les dommages. La veille du jour de l'An, Québec a ordonné un arrêté ministériel rendant admissibles à un programme d'aide financière les sinistrés de 18 municipalités touchées par la tempête du 30 décembre, dont Sept-Îles.
«Nous allons savoir qu'est-ce qui sera admissible et quelle sera aussi la hauteur des dommages. C'est d'évaluer qu'est-ce qui en est», a indiqué le maire Porlier, qui a salué l'intervention «très rapide» du gouvernement. Une rencontre d'information avec les citoyens et les autorités doit aussi avoir lieu mercredi soir.
Du jamais-vu 
Plusieurs Septiliens rencontrés par Le Soleil ont affirmé n'avoir jamais été témoins d'une tempête aussi puissante depuis au moins une bonne trentaine d'années. «Ce qui est impressionnant, c'est qu'elle a frappé à tous les endroits en même temps», a soutenu Réjean Porlier qui, lui non plus, n'avait jamais rien vu de tel depuis qu'il vit à Sept-Îles. 
La ville de Port-Cartier, où deux maisons ont été évacuées, et les municipalités à l'est de la Côte-Nord comme Havre-Saint-Pierre et Natashquan ont aussi subi les humeurs de Dame Nature, vendredi. Dans la communauté innue d'Ekuanitshit, près de Longue-Pointe-de-Mingan, un chalet s'est même retrouvé sur le côté, sous la force des vents.
C'est que la «bombe» du 30 a réuni «une combinaison néfaste» de forts vents, d'une basse pression et de très hautes marées, a expliqué Pierre Dassylva. «Ça donne de très hauts déferlements comme on a eu et comme il n'y a pas de glaces encore pour protéger les rives, les vagues vont chercher ce qui est sur le bord. C'est très puissant.»
Rien de pris «à la légère»
En fin de journée mardi, les autorités se préparaient à la tempête annoncée de mercredi. Des pompiers et la Sûreté du Québec devaient d'ailleurs patrouiller les secteurs à risque durant la nuit. La Ville de Sept-Îles a publié un avis pour inviter les citoyens vivant le long du littoral à faire preuve «de prudence et vigilance».
«J'ai des gens qui demeurent en vigie», a également indiqué Pierre Dassylva. «On parle quand même de forts vents et de hautes marées, moins hautes que celles du 30 décembre, mais ce n'est pas une situation qu'on prend à la légère. On va être sûr d'être prêt», a-t-il assuré. 
Environnement Canada anticipait que la tempête pourrait causer «des dommages le long de la côte» et de «l'érosion côtière» en Gaspésie et sur la Côte-Nord. De 15 à 25 centimètres de neige et de forts vents entraînant de la poudrerie sont aussi attendus mercredi, ce qui pourrait compliquer les déplacements, ont prévenu les autorités. 
Les citoyens touchés peuvent joindre le Centre des opérations gouvernementales au 1 866 650-1666 en cas d'urgence ou le service des travaux publics de la Ville de Sept-Îles, accessible en tout temps, au 418 964-3300, si des bris surviennent aux infrastructures municipales.