Le directeur du projet Mine Arnaud, François Biron, croit que la mine n'aura pas d'impacts négatifs sur la santé.

Sept-Îles : marche pour inviter Mine Arnaud à bonifier son projet

Pas moins de 105 entreprises de Sept-Îles fermeront leurs portes vendredi après-midi spécialement pour participer à la marche citoyenne en faveur du projet Mine Arnaud, qui prévoit l'exploitation d'une mine d'apatite à ciel ouvert non loin de secteurs habités de la ville. Comme le projet divise les Septiliens, des centaines d'entre eux descendront dans la rue pour inviter le promoteur à refaire ses devoirs et à bonifier son projet pour qu'il devienne acceptable sur tous les plans.
Rendu public il y a moins d'un mois, le rapport de la commission d'enquête du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement concluait que le projet «n'est pas acceptable dans sa forme actuelle» et que «l'ensemble du dossier est incomplet». Ces conclusions sont loin d'avoir découragé les organismes économiques et bon nombre de citoyens, qui misent sur l'arrivée de Mine Arnaud pour redynamiser l'économie, fragilisée par le ralentissement du marché du fer, qui a entraîné plusieurs mises à pied à Sept-Îles. 
Les membres du conseil municipal et des candidats aux élections provinciales dans Duplessis ont déjà confirmé qu'ils marcheraient vendredi. Le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, a dit qu'il ne serait pas de l'événement, refusant d'appuyer le projet à ce stade-ci. Le projet d'exploitation d'une mine d'apatite se traduirait par des investissements de 750 millions $ et la création de 300 emplois rémunérateurs.