Les élus de Rimouski-Neigette se sont concertés avec deux organismes de développement économique pour cibler des projets porteurs qui, selon eux, doivent prioritairement aller de l’avant au cours des deux prochaines années.
Les élus de Rimouski-Neigette se sont concertés avec deux organismes de développement économique pour cibler des projets porteurs qui, selon eux, doivent prioritairement aller de l’avant au cours des deux prochaines années.

Rimouski-Neigette: élus et leaders se concertent pour la relance économique

RIMOUSKI — Dans l’actuel contexte de déconfinement et de relance économique promue par Québec, les élus de Rimouski-Neigette se sont concertés avec deux organismes de développement économique pour cibler des projets porteurs qui, selon eux, doivent prioritairement aller de l’avant au cours des deux prochaines années. À leurs yeux, une vingtaine de projets totalisant quelque 110 millions$ pourraient être un important levier de relance économique pour la région. Mais pour y arriver, ils sollicitent l'intervention de Québec.

Cette concertation est formée des députés provincial et fédéral, Harold LeBel et Maxime Blanchette-Joncas, de la MRC de Rimouski-Neigette, de la Ville de Rimouski, de la Société de promotion économique de Rimouski (SOPER) ainsi que de la Chambre de commerce et de l'industrie Rimouski-Neigette. Pour concrétiser leur vision de relance, ces décideurs sollicitent la collaboration du ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, dont le démarrage des travaux est souvent tributaire de son approbation.

Le groupe, lui, a d'ailleurs fait parvenir un document décrivant chacun des projets majeurs jugés structurants à l'échelle locale et régionale. «Il serait très simple de devancer plusieurs de ces projets sans aucune difficulté, estime Harold LeBel. Les leaders locaux veulent faire partie prenante de la réalisation des projets, tout en étant partenaires avec le gouvernement. Nous croyons fortement que le moment est opportun.» Pour le député de Rimouski, cette action concertée n'a «aucun rapport avec le projet de loi 61». De l'avis du groupe, huit projets, dont l’agrandissement et la rénovation majeure du Théâtre du Bic ainsi que la réfection du port de Rimouski et de la conduite d’amenée d’eau municipale, pourraient être réalisés à court terme.

Délais trop longs

L'ombre au tableau réside dans les délais trop longs avant d'obtenir l'aval de certains ministères, pouvant aller jusqu'à compromettre la réalisation de certains de ces projets, selon le président de la SOPER, Jean Pouliot. Le député LeBel fournit comme exemple le processus d'obtention d'un certificat d'autorisation en environnement qui peut prendre jusqu'à 320 jours dans sa région, tandis qu'ailleurs, le délai est à peu près de 120 jours. «C'est quoi le problème?», s'insurge-t-il. «Si chacun respectait ses délais, ça irait mieux, ajoute le préfet de Rimouski-Neigette, Francis St-Pierre, citant un exemple en matière d'immigration. Le fédéral respecte ses délais, mais au Québec, c'est problématique.»

Dans cette relance économique, le président de la SOPER estime que l'important n'est pas tant de créer de nouveaux emplois que de permettre aux employés de retourner au travail. Selon Jean Pouliot, la crise sanitaire a fragilisé une vingtaine d'entreprises de Rimouski. «On est en contact constant avec ces entrepreneurs, souligne-t-il. On a des défis énormes.»