L’annulation de l’escale du Queen Mary 2 au port de Gaspé, comme 14 autres annulations, a mené à un manque à gagner de 2,5 millions$ en retombées dans ce secteur de la Gaspésie.

Retour à la vitesse normale de circulation des navires dans le golfe du Saint-Laurent

CARLETON – Transports Canada, de même que Pêches et Océans Canada ont restauré vendredi la vitesse normale de circulation des navires dans un vaste rectangle du golfe Saint-Laurent, cinq mois après l’imposition d’une limite de 10 nœuds aux navires de plus de 20 mètres pour protéger les baleines noires.

Douze de ces baleines sont mortes dans le golfe entre la fin du printemps et le début de l’automne. Ces mammifères ont essentiellement été frappés par des navires ou ils sont morts empêtrés dans des engins de pêche. Il ne reste que 450 baleines noires dans le monde.

La nouvelle du retour à une vitesse normale est accueillie avec soulagement par Martin Fournier, directeur des Armateurs du Saint-Laurent, qui rappelle toutefois que des pertes de plusieurs millions de dollars ont été subies par les 15 firmes de son association. Ces firmes possèdent 130 navires battant pavillon canadien et circulant sur le Saint-Laurent.

«Chaque firme empruntant ce rectangle a subi des pertes d’au moins quelques centaines de milliers de dollars. Donc, on peut parler d’un total de quelques millions, très certainement (…) On sait que la mesure va revenir cette année», aborde M. Fournier.

Les membres des Armateurs du Saint-Laurent s’attendaient à ce que le retour d’une vitesse de circulation libre soit décrété au début du mois de décembre, puisque les baleines noires restent rarement dans le golfe après octobre. Les compagnies de navigation souhaitent que l’application d’une zone de protection se fasse différemment en 2018.

«On aimerait que la mesure soit plus dynamique, de façon adaptée à la navigation et la protection des baleines noires. Il y a un secteur au nord d’Anticosti et le long de la côte sud d’Anticosti où aucune observation de baleine noire n’a été faite (…) On pense que le rectangle de protection peut être réduit», explique Martin Fournier.

Programme d'observation 

Il souligne que plusieurs compagnies de navigation, dont le Groupe Desgagnés, le Groupe CSL et la Société des traversiers du Québec, participent volontairement et avec enthousiasme au programme d’observation des baleines, dont les baleines noires.

Par «dynamique», les Armateurs du Saint-Laurent souhaitent aussi voir Transports Canada et le ministère fédéral des Pêches et des Océans instaurer dans le golfe un programme d’observation des mammifères marins disposant des mêmes moyens que ceux déjà établis en Colombie-Britannique.

«Il y a l’écoute passive au moyen d’hydrophones, ce qui permet de capter les sons émis par les baleines noires. Il y a aussi des «glidders», un appareil sous-marin téléguidé. Tout ça combiné permet de dire s’il y a des mammifères marins dans ces zones. Il faut aussi que les hydrophones puissent transmettre les données en temps réel, comme ça se fait dans l’ouest (le Pacifique) et sur la côte est des États-Unis. Ce n’est pas le cas ici dans le Saint-Laurent», précise Martin Fournier.

En ce qui concerne les navires de croisières, le secteur de Gaspé-Percé a été durement touché par les annulations d’escales découlant de la vitesse réduite de circulation dans le golfe, les paquebots étant contraints à des horaires très serrés.

Quinze navires transportant 25 000 passagers ont ainsi annulé leur arrêt à Gaspé, soit plus de la moitié des visiteurs attendus. Les pertes en retombées ont atteint 2,5 millions$ et ils ont fait perdre 150 000$ en revenus à Escale Gaspésie, l’organisme accueillant les passagers et voyant à la promotion des croisières dans le secteur.

+

TREIZE NAVIRES PRIS EN DÉFAUT EN CINQ MOIS

Depuis l’imposition d’une vitesse maximale de 10 nœuds dans un quadrilatère couvrant une grande partie du golfe Saint-Laurent, les propriétaires de 13 navires ont reçu des sanctions pour non-conformité. Chaque sanction est porteuse d’une amende de 6000 $. Le Soleil a demandé à Transports Canada si une vitesse limite sera de nouveau imposée dans le golfe en 2018, une possibilité qui semble certaine pour les armateurs. «Transports Canada et le ministère des Pêches et des Océans élaborent un plan afin d’atténuer les risques liés aux activités humaines, comme le trafic maritime et la pêche, et ce, pour 2018 et par la suite. Nous continuerons de surveiller la situation et la limitation de vitesse pourrait être réintroduite si les baleines retournent dans cette zone», répond Julie Leroux, porte-parole de Transports Canada. Le ministère a toutefois été incapable de fournir la date de la dernière observation de baleine noire dans le golfe Saint-Laurent au cours de l’automne.