La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec assure qu’elle prendra «tous les moyens appropriés pour défendre le libre choix pour les médecins de famille d’adhérer ou non à un système de prise de rendez-vous électronique».

Rendez-vous santé Québec: les médecins de famille veulent le libre choix

La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) entend défendre «âprement» le principe de l’utilisation volontaire de la plate-forme Rendez-vous santé Québec (RVSQ), que le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, veut rendre obligatoire l’an prochain.

Dans un message adressé à ses membres, la FMOQ indique que les membres du Conseil général ont récemment adopté à l’unanimité une résolution selon laquelle la FMOQ prendra «tous les moyens appropriés pour défendre le libre choix pour les médecins de famille d’adhérer ou non à un système de prise de rendez-vous électronique». 

La Fédération dit avoir rencontré le ministre Barrette au moment de l’annonce de la création de RVSQ, au printemps dernier, pour lui faire part de ses réserves quant au déploiement hâtif d’une telle plateforme, «qui est notamment incompatible avec l’accès adapté», selon la FMOQ.

Pour rappel, l’accès adapté est un mode de gestion des rendez-vous qui permet aux patients d’avoir accès rapidement à leur médecin de famille quand ils en ont besoin. Elle permet également aux omnipraticiens de respecter l’entente sur la loi 20, qui prévoit des cibles non seulement d’inscription, mais aussi de suivi de patients. Le taux d’assiduité des médecins a été fixé à 80 %, c’est-à-dire que les patients doivent pouvoir consulter à leur clinique huit fois sur 10 pour leurs problèmes de santé ponctuels. 

Toujours est-il qu’à l’été 2017, à la suite de la rencontre avec le ministre Barrette, une rencontre de travail a été constituée pour rendre la plateforme compatible avec l’accès adapté, rapporte la FMOQ. 

Toutefois, note-t-elle, l’équipe de développement est «pressée et bousculée par les impératifs politiques» du ministère de la Santé, un «modus operandi qui semble malheureusement se répéter dans l’ensemble des projets de développement technologique ayant cours dans le réseau de la santé». 

Outre les problèmes de compatibilité avec l’accès adapté, la FMOQ souligne qu’il est actuellement impossible d’arrimer le RVSQ avec le Dossier médical électronique (dossier patient informatisé). Selon la Fédération, cet arrimage est un incontournable pour éviter au personnel des cliniques «la double saisie et le risque d’erreur». 

La FMOQ considère que «le recours obligatoire pour tous à un nouvel outil technologique, peu testé et parfois mal adapté à certains types de pratique et à certains types de patients, est une mauvaise idée qui ne saurait être justifiée par un quelconque impératif politique ni par un calendrier électoral». 

«Mettons au point un bon système de prise de rendez-vous en ligne, fonctionnel et le plus flexible possible, et les médecins vont adhérer en grand nombre», affirme la Fédération.

«Pas réaliste»

Au bout du fil, lundi, le président de la FMOQ, le Dr Louis Godin, s’est dit d’avis qu’il fallait notamment «laisser de la souplesse» aux médecins en fin de pratique, qui travaillent en solo et dont les patients sont âgés, et à ceux qui suivent des clientèles «très particulières». 

«La solution mur à mur, ça ne peut pas s’appliquer. Ce n’est pas réaliste d’imposer ça à tout le monde», a-t-il dit. Il y a quelques jours, le ministre Barrette a déclaré que l’adhésion à RVSQ, actuellement volontaire, sera obligatoire d’ici la fin de l’année prochaine, peut-être même l’été prochain.

Les médecins récalcitrants s’exposeront à des pénalités financières, soit par la loi 20, dont l’application a été suspendue, soit par une autre voie, a averti le ministre. 

«On a un produit qui ne fonctionne pas bien, et le ministre nous dit : si vous ne le prenez pas, je vais vous pénaliser. On n’achète pas cette approche-là», a réagi le Dr Godin.

Le président de la FMOQ n’a pas voulu s’avancer sur les «moyens appropriés» que compte prendre la Fédération pour défendre le libre-choix des médecins de famille d’adhérer ou non à RVSQ. 

Il y a quelques jours, la FMOQ a envoyé une mise en demeure au ministre Barrette et à son sous-ministre Michel A. Bureau relativement à l’application de la loi 130 sur l’organisation clinique et la gestion des établissements de santé.