«On veut que le quai remplisse ses fonctions», soit de servir de base pour transporter les touristes vers l'Île Bonaventure et de protéger le littoral, a déclaré le premier ministre Philippe Couillard, accompagné à Percé par le ministre responsable de la Gaspésie, Sébastien Proulx.

Québec prendra en charge le quai de Percé

Québec deviendra propriétaire du quai de Percé, dont Pêches et Océans Canada veut se débarrasser. Le premier ministre Philippe Couillard a pris cet engagement en marge d'une visite à Percé où il a annoncé que son gouvernement paiera la majeure partie des travaux de protection du littoral et de reconstruction de la promenade en bord de mer, évalués à au moins 15 millions $.
«Le Québec va reprendre le quai, le quai rénové», a déclaré M. Couillard. «J'ai bien compris que pour la municipalité et ses contribuables, c'est difficile d'en prendre [la responsabilité]», dit-il. Le premier ministre y met une condition : que le fédéral «remette à niveau» le quai.
Le gouvernement lui-même ou un organisme «dans l'orbite provinciale» va donc acquérir le quai. «La SÉPAQ [Société des établissements de plein air du Québec] est une hypothèse parmi d'autres», a dit M. Couillard.
La tempête du 30 décembre a sérieusement endommagé le quai de Percé, qui avait atteint la fin de sa vie utile. Percé, qui compte 3000 habitants, s'était d'abord engagée à acquérir le quai si Ottawa le reconstruisait à neuf. La municipalité a suspendu le processus de transfert, faute d'entente avec les croisiéristes utilisateurs pour qu'ils cotisent à un fonds d'entretien.
Chaque année de mai à octobre, environ 195 000 personnes foulent le quai de Percé, notamment pour admirer le rocher ou pêcher à la ligne. De ce nombre, 60 000 embarquent sur des bateaux d'excursions pour se rendre à l'Île Bonaventure, un parc géré par la SÉPAQ.
Le député péquiste de Gaspé, Gaétan Lelièvre, suggère que la Société des traversiers du Québec ou la SÉPAQ acquièrent le quai.
Certains travaux sont déjà entamés à Percé, comme le déplacement de la Maison du pêcheur en retrait de la mer.
Érosion
Philippe Couillard a fait quelques pas sur le littoral de Percé. Il a vu le «désastre» causé par la dernière  tempête. «Le gouvernement va tout refaire, la plage et la promenade. On va aller jusqu'au bout», a-t-il promis.
Il faut démolir les ruines de la vieille promenade, réparer les conduites d'égout et transporter 5000 camions-bennes de gravier sur 900 mètres de plage pour absorber le choc des vagues. Cette «phase un» coûtera entre 10 et 12 millions $, commencera en mai et sera complétée cet automne. Percé paiera 545 000 $ et Québec assumera le reste.
Il restera à reconstruire la promenade et à aménager les lieux, des travaux à entamer cet automne et à terminer au printemps 2018. Les coûts de cette phase d'environ 5 millions $ pourraient être partagés entre Tourisme Québec et Développement économique Canada.
Le maire suppléant de Percé, Magella Warren, qualifie de «grand soulagement» le début des travaux. «Nous ne pouvions plus vivre pareil scénario année après année. Nous avions besoin d'une solution à long terme.»