Quatre cliniques désignées d’évaluation et de dépistage de la COVID-19 du Bas-Saint-Laurent sont maintenant intégrées à même l’hôpital de leur MRC respective.
Quatre cliniques désignées d’évaluation et de dépistage de la COVID-19 du Bas-Saint-Laurent sont maintenant intégrées à même l’hôpital de leur MRC respective.

Quatre cliniques désignées du Bas-Saint-Laurent déménagent dans des hôpitaux

MATANE – Quatre cliniques désignées d’évaluation et de dépistage de la COVID-19 du Bas-Saint-Laurent sont maintenant intégrées à même l’hôpital de leur MRC respective. Il s’agit des cliniques de Matane, d’Amqui, de Témiscouata-sur-le-Lac et de La Pocatière. «Ce n’est pas le cas à Rimouski ni à Rivière-du-Loup», précise Ariane Doucet-Michaud du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent.

Les six hôpitaux concernés ont subi des transformations au cours des dernières semaines afin de définir des zones réservées aux usagers selon leur situation : zone froide ou bleu pour les usagers qui ne sont pas infectés au coronavirus, zone tiède ou jaune pour les personnes suspectées et en attente d’un test pour la COVID-19 et zone chaude ou rouge pour les malades de la COVID-19. «Il y a des entrées dédiées», spécifie la conseillère aux relations avec les médias du CISSS.

Pour les personnes ayant des symptômes

Ces cliniques offriront des soins aux gens qui présentent des symptômes d’allure grippale ou de gastroentérite. La délimitation des zones permettra de mieux protéger la population en limitant les risques de propagation entre les personnes symptomatiques et celles qui sont asymptomatiques. Ces cliniques sont ouvertes sept jours par semaine uniquement sur rendez-vous.

Toute personne qui a des symptômes d’allure grippale, de gastroentérite ou compatibles avec la COVID-19, soit de la fièvre, de la toux et des difficultés à respirer, est invitée à communiquer avec la ligne Info-COVID au 1 877 644-4545, plutôt que la ligne Info-santé (811). «Quand une personne appelle à la centrale de rendez-vous, il y a une évaluation avec une infirmière, explique Mme Doucet-Michaud. Si l’infirmière juge nécessaire que la personne se rende en clinique d’évaluation, dans ce cas-là, on lui donne les consignes nécessaires pour qu’elle se présente à la bonne porte et qu’elle utilise la bonne trajectoire.»