Le département de psychiatrie de l'hôpital de Thetford Mines est fermé depuis deux semaines.

Psychiatrie à Thetford Mines: les professionnels et techniciens toujours inquiets

Même après avoir rencontré les dirigeants du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches mercredi, l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux demeure inquiète après la fermeture du département de psychiatrie de Thetford Mines il y a deux semaines.

«Les clients sont envoyés à Saint-Georges de Beauce pour y être hospitalisés, mais quand ils rentrent à Thetford Mines et qu’ils sont suivis par le CLSC, les intervenants ne sont pas informés de ce qui s’est fait à Saint-Georges. Il devient alors très difficile d’assurer le suivi», indique M. Jean-François Travers, répondant politique de l’Alliance.

M. Travers s’interroge aussi sur les intentions du Centre intégré de recruter en Europe de nouveaux psychiatres pour compenser les départs des trois qui ont démissionné en bloc peu avant les Fêtes à Thetford Mines. «On sait que quand du personnel arrive d’outre-mer, il y a une période d’adaptation avant qu’il soit efficace sur le plancher. On a aussi peur que Saint-Georges manque de personnel et de lits pour compenser», affirme-t-il.

Indiquant que la clientèle et la population sont inquiètes, M. Travers croit que le ministre Gaétan Barrette pourrait régler le problème s’il le désirait. «Moi, je pense que le ministre a le bras assez long pour imposer une solution et éviter que ça ferme», a-t-il déclaré au Soleil, sans demander officiellement au ministre d’intervenir.

Le représentant politique ajoute qu’il était au courant qu’il y avait des problèmes au département de psychiatrie de Thetford Mines «depuis beaucoup plus longtemps que les dernières démissions». «Il y a également eu deux démissions au niveau syndical dans ce département au cours des deux dernières années», conclut-il, ajoutant que la direction a le devoir de s’assurer que les services soient bien rendus.