Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant

Programme Agir tôt: 908 000 $ pour le Bas-Saint-Laurent

RIMOUSKI — Dans le cadre d’une tournée qui l’amène un peu partout au Québec, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux s’est arrêté, lundi, à Rivière-du-Loup afin de présenter le programme Agir tôt. Lionel Carmant en a profité pour annoncer un premier soutien financier de 908 200 $, qui permettra de déployer le programme au Bas-Saint-Laurent.

Ce montant s’inscrit au sein d’investissements totaux de 48 millions $ pour l’ensemble du Québec dès 2019-2020. Ceux-ci atteindront progressivement une somme de 88 millions $ annuellement d’ici 2023-2024. «C’est une bonne nouvelle», se réjouit le directeur des programmes en déficience intellectuelle et physique et du trouble du spectre de l’autisme pour le Bas-Saint-Laurent, Éric St-Laurent. «C’est un premier pas dans la bonne direction. Moi, je dis toujours qu’investir dans les jeunes, c’est investir dans le futur et dans la société de demain. Pour nous, c’est rassurant de voir que la jeunesse demeure une priorité au sein de ce gouvernement-là […]. C’est très encourageant pour les jeunes et les familles qui ont beaucoup de besoins à combler dans la région.»

Agir tôt vise à identifier le plus tôt possible les difficultés chez l’enfant, à évaluer son profil de développement et à l’orienter vers le bon service, tout en lui offrant le soutien dont lui et sa famille ont besoin. «Agir tôt est un tremplin incroyable qui permettra de donner des services dès la visite en première ligne pour tous nos enfants, décrit le ministre Carmant. Il s’agit d’un engagement phare de notre gouvernement : nous nous donnons les moyens d’influencer positivement la trajectoire de vie de nos enfants et de leur permettre de développer leur plein potentiel.»

Pour le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, cet octroi permettra de créer des emplois supplémentaires qui auront pour effet d’atténuer les listes d’attente. «Pour la direction jeunesse, qui offre des services de première ligne et ma direction, qui offre des services spécialisés, on a des enjeux sur le plan des délais d’accès», reconnaît M. St-Laurent. «On sait que ça ne viendra pas enrayer complètement les délais d’accès. On est une grande région. Donc, on va cibler un secteur où on est le plus en difficulté.»

Le programme Agir tôt favorisera les interventions précoces. Il sera accompagné d’une plateforme informatique à laquelle la population aura accès et qui regroupe des questionnaires de dépistage sur le développement de l’enfant de 0 à 5 ans.

Parmi les avantages du programme, notons une meilleure orientation de l’enfant vers les services requis, un portrait plus précis de son développement, de plus courts délais d’orientation et la participation de la famille dès le début du processus.