Percé doit mener à bien un projet de 15 millions de dollars pour reconstruire sa promenade et protéger de l'érosion sa berge, très endommagées par la tempête du 30 décembre. Le quai est aussi mal en point et nécessite des réparations avant la saison touristique.

Percé: la reconstruction de la promenade s'accélère

Percé donne un coup d'accélérateur à son projet de refaire sa promenade et de protéger ses berges, malmenées par l'érosion. Québec l'autorise à confier sans appel d'offres les plans et devis à une firme d'ingénieurs. But : démarrer les travaux avant que la saison touristique batte son plein. Reste que le financement de 15 millions $ pour les réaliser est loin d'être ficelé.
Des murs de béton affalés sur le sable, des câbles de métal rouillé qui en dépassent, des trous entre les portions arrachées de la promenade... Difficile de penser à accueillir des touristes dans le champ de ruines qu'est devenu le bord de mer après la tempête du 30 décembre. 
«Avec tout le monde qu'on a pendant la saison touristique, on va avoir un problème de sécurité. Et une plage clôturée, ce n'est pas très attrayant pour les visiteurs», dit le directeur général de Percé, Félix Caron.
Avant la Saint-Jean, Percé veut au minimum avoir nettoyé les dégâts et commencé à charrier des camions de gravier sur la berge. La plage ainsi rechargée protégerait une promenade reconstruite en retrait de la mer.
Le ministère québécois des Affaires municipales a donné le feu vert vendredi à un contrat de gré à gré. Le délai pour embaucher une firme, Tetra Tech dans ce cas, passe ainsi de deux mois et demi à une semaine, indique M. Caron. Il reste «un très gros si», précise-t-il. Ce feu vert «ne veut pas dire que le gouvernement va payer 100 % des travaux».
Percé veut obtenir de l'aide du provincial et du fédéral. Les 15 millions $ représentent deux fois et demie le budget annuel de la Ville de 3150 habitants.
«Il faut qu'en octobre 2017, les travaux soient terminés parce que la saison des hautes marées commence», avertit le directeur général.