Le contingent global de crevette s’établira donc au même seuil qu’en 2018, à 17 337 tonnes métriques, au lieu des 14 170 tonnes annoncées le 25 mars.

Ottawa annule la baisse du contingent de crevette dans le golfe Saint-Laurent

GASPÉSIE – Le ministre fédéral des Pêches et des Océans, Jonathan Wilkinson, a surpris l’industrie de la crevette mercredi en annulant la baisse de quota de 18,27 % pourtant annoncée neuf jours auparavant pour les quatre zones du golfe Saint-Laurent.

Le contingent global s’établira donc au même seuil qu’en 2018, à 17 337 tonnes métriques, au lieu des 14 170 tonnes annoncées le 25 mars. Le ministre Wilkinson se range ainsi du côté des pêcheurs, qui avaient demandé au lendemain de l’annonce initiale un retour au contingent de 2018.

Il est très rare qu’un revirement de ce genre surviennent dans les pêches commerciales. Il y aura des élections fédérales en octobre. Dans son plan de pêche révisé, le ministre Wilkinson n’a pas expliqué son changement de cap.

Le contingent avait baissé trois fois, en 2016, 2017 et 2018 par rapport à l’année précédente. Il y a quelques années, ce contingent s’établissait à près de 34 000 tonnes, deux fois le seuil actuel. La valeur des prises a tout de même atteint 28 millions$ en 2018 pour les crevettiers québécois.

Le quota dans la zone d’Anticosti restera donc à 6871 tonnes, celui d’Esquiman, à 5066 tonnes, alors que celui de la zone de Sept-Îles est fixé à 4267 tonnes. Il devait fléchir de 37,7 %, à 2658 tonnes. Le seul quota qui devait augmenter, celui de la zone de l’Estuaire, sera maintenu à 239 tonnes au lieu de grimper à 606 tonnes.

Les crevettiers et les usines de transformation du Grand Gaspé négocient encore afin de s’entendre sur un prix. En principe, la pêche est débutée depuis le 1er avril, mais presque tous les pêcheurs gaspésiens sont restés à quai.