L'Auberge Chic-Chac est engagée depuis près de 10 ans dans les activités de ski et de planche à neige hors-piste dans les montagnes avoisinant Murdochville, notamment accessible par hélicoptère.

Murdochville: l'Auberge Chic-Chac achète le mont Miller

L'Auberge Chic-Chac, une entreprise de Murdochville, acquiert le centre de ski local, le mont Miller, afin de développer l'offre de services des sports de glisse dans l'ancienne ville minière, renommée pour sa neige naturelle.
À travers ses services d'hébergement, de restauration, de guidage et de location d'équipement, l'Auberge Chic-Chac est engagée depuis près de 10 ans dans les activités de ski et de planche à neige hors-piste dans les montagnes avoisinant Murdochville, notamment accessible par hélicoptère.
«L'acquisition du centre de ski nous donne de la flexibilité, l'occasion de centraliser nos activités de bar et de restauration dans un endroit où on peut recevoir 150 personnes. S'il pleut et que la neige vire en glace, ça nous permet d'offrir à nos clients de neige poudreuse une solution de rechange», explique Guillaume Molaison, président de Chic-Chac.
Montant inconnu
Le montant d'achat des installations n'est pas dévoilé pour le moment. Le centre de ski appartenait à un organisme sans but lucratif. L'acquisition prend une allure de sauvetage. «Le mont Miller n'aurait pas ouvert ses portes cet hiver. Il avait vendu des équipements pour payer ses dettes», signale M. Molaison.
Lui et ses partenaires ont déjà commencé à investir. Le montant est «dans les centaines de milliers de dollars». Une subvention suivra. Pour le moment, les modifications au chalet sont modestes, compte tenu de la proximité de la saison. «On fait aussi un ménage de la montagne», dit M. Molaison.
L'Auberge Chic-Chac offrira le ski gratuitement au mont Miller à tous les jeunes de moins de 18 ans habitant à Murdochville. «On espère que ces jeunes vont devenir nos futurs guides, en ski, mais aussi en kayak de rivière et dans les autres activités de plein air. Un jour, on pourra dire qu'il y a une culture de montage dans un village quelque part au Québec», note-t-il.