Acheté pour assurer la traverse Matane-Baie-Comeau-Godbout d’ici la réparation du F.A.-Gauthier, le NM Apollo est lui aussi en réparation au moins jusqu’au 7 mars.

L’Est-du-Québec sans traversier

Le service maritime de traverse Matane—Baie-Comeau—Godbout sera de nouveau interrompu à compter de mardi.

La Société des traversiers du Québec (STQ) explique que le NM CTMA Voyageur, qui a pris la relève il y a quelques jours du NM Apollo pour assurer ce service, doit retourner aux Îles-de-la-Madeleine. Les conditions de glaces difficiles qui perdurent à l’Île-du-Prince-Édouard rendent difficile le ravitaillement des Îles-de-la-Madeleine en marchandises de première nécessité, dont la nourriture et le gaz propane.

Par conséquent, le NM CTMA Voyageur devra quitter Matane ce lundi, après les traversées, et il est incertain qu’il puisse y revenir.

Quant à la remise en service du NM Apollo, elle est planifiée au plus tôt jeudi prochain, le 7 mars. La STQ ne sera en mesure de confirmer ce mardi la date exacte du début de son service.

Lundi dernier, le NM Apollo a été contraint de rester à quai après avoir heurté le quai de Godbout. Il a été envoyé à Matane pour être réparé et il y est toujours.

La STQ a prolongé le service aérien jusqu’à dimanche prochain inclusivement, indépendamment de la date du retour en service du NM Apollo, afin permettre aux familles de planifier leurs déplacements pour la semaine de relâche scolaire. De plus, un appareil de grande capacité en mesure d’accueillir une centaine de passagers sera affecté à la liaison aérienne dès le 7 mars afin de répondre à la demande.

Le NM Apollo, un bateau qui navigue depuis 1970, a été acheté en janvier pour remplacer le F.A.-Gauthier qui est en cale sèche depuis plusieurs semaines et qui le demeurera encore plusieurs mois. Le NM Apollo a été acquis pour 2,1 millions $ de la compagnie Labrador Marine, une entreprise de Lewisporte, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Le navire assurait jusqu’à récemment la traverse du détroit de Belle Isle entre Sainte-Barbe, à Terre-Neuve, et Blanc-Sablon, au Québec.