Le CRTC exige que les grandes entreprises de télécommunication offrent l'accès à leur réseau aux fournisseurs de plus petite taille, ce qui pourrait entraîner une baisse de tarifs.

Les municipalités demandent un plan d'action pour l'Internet en région

La Fédération québécoise des municipalités (FQM) demande aux gouvernement fédéral et provincial de mettre en place rapidement un plan d'action pour un meilleur accès à la téléphonie cellulaire ainsi qu'à Internet haute vitesse dans les régions.
La couverture cellulaire et la connectivité étaient au coeur des discussions lors du congrès de la FQM qui s'est terminé samedi à Québec.
En entrevue à La Presse canadienne, le président de la FMQ, Richard Lehoux, a rappelé que la vitalité économique des municipalités éloignées est en jeu.
Pressant les gouvernements d'agir, il soutient que plusieurs entreprises refusent de s'installer dans certaines régions parce que l'Internet n'est pas assez vite.
Selon lui, l'enjeu n'est pas seulement d'ordre économique, il est aussi sécuritaire.
«Entre La Tuque et le Lac Saint-Jean par exemple, il y a au moins 100 km de route où aucun réseau cellulaire ne peut entrer, donc, il y a toute la question sécuritaire qui est importante», a-t-il dit.
En mai, le gouvernement du Québec a promis 100 millions $ pour la construction d'infrastructures visant à étendre l'accès Internet à haute vitesse dans les régions qui en sont toujours privées.
Quant au gouvenement fédéral, il avait annoncé un investissement de 500 millions $ sur cinq ans, dès cette année, pour élargir l'accès aux services Internet.
Mais Richard Lehoux déplore que l'argent se fasse toujours attendre. Il demande donc aux deux ordres de gouvernement de discuter avec les municipalités pour définir comment ces sommes doivent être dépensées.
«On a des élus de toutes les régions du Québec qui ont dressé le portait de la situation comme il le faut dans l'ensemble du territoire. Maintenant, avec les deux ordres de gouvernement supérieurs, il faut se concerter et arriver avec un plan d'action le plus vite possible.»