Une trentaine d'autochtones bloquait la route 138 aux véhicules à destination du complexe de la Romaine, hier midi, à l'est de Sept-Îles.

Les Innus bloquent le chemin menant à La Romaine

Le regroupement d'Innus de Uashat mak Mani-Utenam, qui s'oppose aux travaux d'Hydro-Québec sur leur territoire, a mis ses menaces à exécution, hier midi, en bloquant la circulation aux véhicules qui se dirigeaient vers le complexe hydroélectrique de la Romaine.
Les Innus déplorent que la société d'État poursuive l'aménagement de la ligne de transport du projet sans que la communauté ait encore donné son consentement. «Ce que fait Hydro-Québec est illégal», a dénoncé le porte-parole du groupe, Norbert Fontaine, qui demande l'arrêt des travaux. «Nous leur avons clairement dit non au dernier référendum.»
En octobre, plus de la moitié des Innus de la communauté ont rejeté une seconde fois l'entente entre Hydro et la bande, qui comprenait notamment des compensations pour l'aménagement de la ligne de transport et la mise en chantier du complexe, mais aussi pour l'ajout d'un troisième groupe turbine-alternateur à la centrale SM-3. Les négociations ont été suspendues après le deuxième refus des citoyens.
«Nous voulons d'abord que les négociations reprennent, mais nous voulons aussi que des gens de la communauté puissent assister aux discussions [...] On considère que ce sont de gros enjeux pour notre communauté et l'avenir de la jeunesse», ajoute M. Fontaine.
Le Conseil innu Takuaikan Uashat mak Mani-Utenam (ITUM) appuie les revendications de ses citoyens pourvu que leurs actions soient posées dans le respect et la prudence. La bande planche pour l'heure sur la bonification de l'entente présentée cet automne. «Il n'y a rien de formel, mais les discussions ont repris avec Hydro-Québec», a confirmé le vice-chef, Mike Mckenzie. «Ce qui est primordial pour nous, c'est que les projets reçoivent l'acceptation sociale.» Pour sa part, Hydro-Québec, qui suit la situation de près et qui assure que le blocus n'a pas d'impact sur le chantier à court terme, a réitéré le souhait d'en venir à une entente avec la bande.
Réagissant par communiqué, le ministre responsable des Affaires autochtones, Geoffrey Kelley, s'est dit sûr que «le dialogue avec les représentants mènera à des solutions durables et satisfaisantes.» Québec et ITUM ont d'ailleurs convenu de mettre en place une table de discussion pour «en arriver à un consensus sur toutes les questions liées au projet La Romaine ainsi que les autres enjeux propres à la communauté.»
Hier, la Sûreté du Québec et la Sécurité publique de Uashat mak Mani-Utenam s'assuraient que la circulation sur la 138 demeure fluide. D'une durée indéterminée, le blocus devait même être maintenu durant la nuit.
Avec la collaboration de Steeve Paradis