Le Musée de la Gaspésie et sa directrice générale, Nathalie Spooner, ont annoncé que les artéfacts de Forillon reviendraient dans la région d’ici deux à trois ans.

Les artéfacts de Forillon reviendront en Gaspésie

GASPÉ – La collection des expropriés du parc Forillon reviendra près de ses origines, au Musée de la Gaspésie, dès qu’une nouvelle réserve sera construite pour les presque 6 000 objets actuellement entreposés à Québec. L’institution a obtenu l’accord de principe de Parcs Canada, qui vient d’approuver les plans d’agrandissement du musée.

En 2012, l’annonce que Parcs Canada envisageait de déménager les artéfacts dans la région d’Ottawa avait suscité une levée de boucliers en Gaspésie. Depuis, le Musée de la Gaspésie a discuté avec l’agence fédérale et étudié la faisabilité de les rapatrier. Parcs Canada exigeait que les artéfacts soient conservés dans des conditions optimales.

«C’est une fierté de pouvoir être en mesure d’avoir les objets de Forillon ici et non pas à Québec. C’est un événement important [l’expropriation] dans l’histoire de la Gaspésie. On a un gros projet à réaliser avant», déclare la directrice générale du Musée de la Gaspésie, Nathalie Spooner.

Sur deux étages, le Musée agrandira sa surface de 557 mètres carrés au sol, soit 40 % de la superficie existante. Le nouvel espace inclura une réserve pour les artéfacts, qui seront en partie visibles au public. 

«On aimerait pouvoir entreposer les objets au même niveau que les salles d’exposition. Il y aurait un grand corridor vitré pour mener les visiteurs vers l’entrepôt, et ils verraient les objets», explique Mme Spooner. Une salle multifonctionnelle occupera le rez-de-chaussée.

2021 dans la mire 

Le Musée vise l’année 2021 pour rapatrier les artéfacts. 

Les travaux de construction se chiffreront à «quelques millions de dollars», prévoit Mme Spooner, qui refuse de détailler le montant pour ne pas nuire au processus d’appel d’offres. Elle souhaite financer l’agrandissement via une campagne de souscription et de l’aide fédérale et provinciale.

La moitié des 6000 artéfacts sont des biens ayant appartenu aux 225 familles expropriés en 1970 lors de la création du parc Forillon. La grande majorité des maisons et dépendances avaient été détruites. Le Musée a acquis l’autre moitié des artéfacts dans les années 1980. La collection comprend notamment des meubles et des outils.