L’Apollo, qui a 49 ans, remplacera jusqu’à nouvel ordre le traversier F.-A.-Gauthier, construit en Italie en 2015.

Le traversier F.-A.-Gauthier remplacé par un bateau de 49 ans

Le traversier F.-A.-Gauthier, actuellement en cale sèche au chantier Davie, sera remplacé temporairement par le navire NM Apollo. La transaction, au coût de 2,1 millions $ pour l’achat de ce bateau construit en 1970, a été ratifiée mercredi matin entre la Société des traversiers du Québec (STQ) et Labrador Marine.

L’Apollo assurera la liaison entre Matane et la Côte-Nord. Il prendra le relais du CTMA Vacancier qui, lui, reprendra sa traverse régulière entre les Îles-de-la-Madeleine et Souris, à l’Île-du-Prince-Édouard, à compter du 1er février. L’Apollo, qui sera renommé pour la durée de sa mise en service par la STQ, est beaucoup plus petit que le F.-A.-Gauthier. Il peut accueillir 240 passagers et 80 véhicules, au lieu des 800 passagers et des 180 véhicules du navire-amiral de la société d’État. La STQ assure que des traversées seront ajoutées afin de répondre à la demande.

Pour ses dirigeants, l’acquisition de ce traversier est le seul choix qui s’offrait à eux. «Cette acquisition est la conclusion de recherches que nous avons menées au Québec, au Canada et à l’international, explique le président-directeur général par intérim de la STQ, François Bertrand. Notre intention originale était d’affréter un traversier pour répondre aux besoins ponctuels. Mais, aucune option n’était disponible sur le marché à si court terme. Il était clair, tant pour la STQ que pour le gouvernement du Québec, que l’interruption du service maritime n’était pas envisageable.» La STQ remettra en vente l’Apollo dès qu’elle n’en aura plus besoin.

M. Bertrand indique que des démarches sont faites pour tenter d’acquérir un autre bateau qui pourrait offrir un service continu de remplacement sans devoir recourir à un tiers.

Experts à l’œuvre

Au cours des deux prochaines semaines, des experts s’activeront à identifier avec précision la nature du bris. Pour ce faire, les deux propulseurs azimutaux, qui présentent une vibration anormale, seront retirés de la coque du F.-A.-Gauthier, puis entièrement démontés pièce par pièce. Ces propulseurs, qui pèsent des milliers de livres, servent à la navigation du traversier exempt de gouvernail. M. Bertrand indique qu’il est trop tôt pour connaître le diagnostic et les travaux à faire sur le navire, encore moins de savoir la durée de ces réparations.

Devant des employés de la traverse et les médias qui avaient été convoqués à la gare fluviale de Matane, mercredi, François Bertrand a annoncé que la Société «mettra en place une compensation pour certains clients touchés par l’arrêt du service maritime, notamment les entreprises de transport».

+

LE PDG FÂCHÉ

Pour la première fois depuis avril 2015, soit depuis la livraison du F.-A.-Gauthier construit par le chantier Fincantieri en Italie au coût de 175 millions $, la STQ a fait part de sa déception. «On est extrêmement insatisfaits de ce qui se passe, a avoué François Bertrand. Nous sommes vraiment mécontents.» Depuis l’arrêt du navire-amiral, il y a un mois, les opérations visant à offrir une liaison aérienne entre les deux rives et l’affrètement du CTMA Vacancier ont coûté 1 million $ à la STQ.