Le pont Galipeault de Grande-Vallée a été construit en 1923.
Le pont Galipeault de Grande-Vallée a été construit en 1923.

Le pont Galipeault de Grande-Vallée classé comme patrimonial

Le classement comme immeuble patrimonial du pont couvert Galipeault de Grande-Vallée a été annoncé, mardi matin, par la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy. La ville de Grande-Vallée avait débuté les démarches en ce sens en 2012.

Cette classification, officiellement obtenue le 18 juin, était longuement espérée par la municipalité. Elle permettra à Grande-Vallée d’accéder à un financement allant jusqu’à 40% des coûts de réparation et d’entretien du pont. La ministre explique que ce geste vise à «préserver les valeurs historique, architecturale et technologique qui caractérisent ce bien patrimonial situé dans la municipalité de Grande-Vallée.»

Le pont, installé sur la rivière Grande-Vallée, a été partie prenante du développement de la municipalité gaspésienne. Il aurait été nommé en l’honneur du ministre des Travaux publics et du Travail de l’époque, Antonin Galipeault. De style «Town québécois», le pont couvert est fortement inspiré d’un modèle «Town américain», moins économique mais beaucoup plus répandu aux États-Unis, breveté en 1820 par l’architecte Ithiel Town. 

En 2016, le pont avait été restauré par le ministère des Transports alors qu’il n’était pas encore classé patrimonial. Le ministère assure cependant avoir tenu compte de l’aspect historique du pont Galipeault lors de ses interventions sur la structure de 44 mètres. 

Chez Patrimoine Gaspésie, on se dit heureux du classement du pont gaspésien, mais on émet certaines réserves quant au futur de l’installation presque centenaire. «Le problème, ce n’est pas de classer des structures. Le problème, c’est de les entretenir par la suite», note le président de l’organisme, Jean-Marc Fallu. 

La structure, construite en 1923, est le plus vieux pont couvert sur le territoire gaspésien et un des derniers au Québec. En 1950, près de 1500 ponts couverts avaient été construits au Québec. Il n’en resterait plus que 80 dans la province.