La barge échouée à la hauteur de Louiseville pourrait y demeurer jusqu’au printemps.

Le Alouette Spirit échoué jusqu’au printemps?

Le navire Alouette Spirit, échoué dans le lac Saint-Pierre à la hauteur de Louiseville depuis le 25 décembre dernier, pourrait ne pas être renfloué avant le printemps prochain. C’est là une option qu’envisage la compagnie propriétaire du bateau, McKeil Marine.

Selon un porte-parole de l’entreprise, il y aurait tout simplement trop de glace pour que les autres remorqueurs et les barges puissent approcher de l’Alouette Spirit pour enlever une partie de la cargaison et le remorquer. Le bateau transporte des lingots d’aluminium, une cargaison estimée à plus de 13 000 tonnes en comptant le poids du bateau.

Rappelons que le 25 décembre dernier, le navire ainsi que son bateau-remorqueur, le Wilf Seymour, se sont échoués en plein milieu du lac Saint-Pierre, à la hauteur de Louiseville. Le bateau-remorqueur propulsait l’Alouette Spirit lorsqu’il a dévié du chenal de navigation. Malgré de nombreuses tentatives de tirer les navires de leur fâcheuse position, ils sont demeurés prisonniers des eaux et des glaces du fleuve à cette hauteur.

Pendant quelques jours, l’entreprise propriétaire a tenté d’élaborer un plan de renflouement qui comprenait le délestage d’une partie de son poids. 

Or, en raison des glaces, les bateaux permettant cette opération n’arrivent tout simplement pas à approcher de la barge sans risque.

«Il n’y a aucun risque pour l’environnement de le laisser là jusqu’au printemps. Il ne causera pas non plus de problèmes de navigation dans la zone et ne causera aucun dommage au navire ou au cargo», précise Matthew Kendrick de McKeil Marine.

«Avec l’aide de la Garde côtière, nous effectuerions des inspections régulières de la zone et de la barge tout au long de l’hiver. Le remorqueur (le Wilf Seymour) serait également 

amarré pas trop loin pour être prêt à revenir rapidement à l’Alouette Spirit si nécessaire», ajoute M. Kendrick.

Parti de Sept-Îles, le navire devait se rendre dans l’État de New York avec sa cargaison. 

Pour l’instant, ce plan envisagé par la compagnie McKeil Marine n’est cependant pas définitif. Il est toujours à l’étude et devra aussi obtenir le feu vert de la Garde côtière avant d’être mis en application.