Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
«Le confinement est difficile et un allègement des mesures est nécessaire pour limiter les impacts sur la population», a indiqué le médecin conseil en santé publique de la région, le Dr Richard Fachehoun.
«Le confinement est difficile et un allègement des mesures est nécessaire pour limiter les impacts sur la population», a indiqué le médecin conseil en santé publique de la région, le Dr Richard Fachehoun.

La santé publique de la Côte-Nord recommandera un allègement des mesures

Steeve Paradis
Steeve Paradis
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
BAIE-COMEAU — La direction de la santé publique de la Côte-Nord recommandera au gouvernement des mesures allégées pour la population de la région après le 8 février. Le très faible nombre de cas et les efforts collectifs pour limiter la propagation de la COVID-19 plaident en faveur de cet allègement.

D’ailleurs, on comptait vendredi absolument aucun cas actif de COVID-19 chez les résidents de la région et ce, pour une deuxième journée consécutive. On rapporte toutefois six cas dans une installation minière de Fermont, mais ce sont tous des travailleurs de l’extérieur. Quelques-uns d’entre eux ont déjà quitté la région.

«Le confinement est difficile et un allègement des mesures est nécessaire pour limiter les impacts sur la population», a indiqué le médecin conseil en santé publique de la région, le Dr Richard Fachehoun. «Je ne peux donner toutes nos recommandations, mais on va recommander de permettre les réunions de six personnes provenant de deux familles différentes et la réouverture des commerces, avec un contrôle strict» du nombre de clients, a-t-il souligné.

Quant à la poursuite du couvre-feu, le Dr Fachehoun n’a pas voulu se prononcer sur la question, mais il a néanmoins laissé entendre qu’il ne serait peut-être pas irresponsable de repousser ce couvre-feu à 21 h ou 22 h, si jamais il demeurait en vigueur après le 8 février.

Jeudi, l’ensemble des préfets de MRC et les chefs innus de la Côte-Nord avaient uni leurs voix pour réclamer eux aussi un allègement des mesures. Ils souhaitent notamment un retour en zone orange, comme c’était le cas pour la Côte-Nord avant l’imposition du couvre-feu.

Pour ce qui est de la semaine de relâche, «une semaine sensible» selon Richard Fachehoun, ce dernier estime qu’il devrait y avoir des mesures spécifiques à ce moment-là, mais il suggère fortement aux parents de passer la semaine de relâche en région afin d’éviter la propagation du virus. «L’an dernier, il y avait eu introduction partout au Québec» durant cette semaine, a-t-il rappelé. 

Du côté de la vaccination, la Côte-Nord est sur pause à ce chapitre, comme partout ailleurs au Québec. Toutefois, plus de 7 % de la population a été vaccinée, un pourcentage relativement élevé comparativement aux autres régions.

Le président-directeur général par intérim du CISSS de la Côte-Nord, Claude Lévesque, a indiqué que la région recevra un certain nombre de doses du vaccin de Moderna la semaine prochaine, ce qui permettra d’offrir une première dose à des résidents des secteurs éloignés de Minganie, de la Basse-Côte-Nord et de Caniapiscau. Quant au vaccin fabriqué par Pfizer, M. Lévesque a soutenu qu’aucune dose n’était attendue sur la Côte-Nord en février.

Abonnez-vous à l’infolettre de l’Est-du-Québec en cliquant ici.