Bien en vue et dans un secteur prisé des touristes, la goélette fût capturée par de nombreux photographes professionnels et amateurs.

La goélette de Baie-Saint-Paul détruite par un incendie criminel

La goélette de Baie-Saint-Paul, une des plus peintes et des plus photographiées au pays, a été détruite par un incendie criminel, mercredi dans Charlevoix.
L'Accalmie était l'un des derniers témoins de la glorieuse époque des goélettes du fleuve Saint-Laurent.
Mercredi, les pompiers ont été appelés à éteindre un incendie à l'intérieur du bateau. À leur arrivée, le brasier couvrait déjà la moitié du navire.
Pendant leur intervention, les sapeurs ont découvert différents indices laissant croire que l'incendie avait une origine criminelle, a confirmé Alain Gravel, directeur du service incendie de la ville de Baie-Saint-Paul, lors d'une entrevue à la station de radio CIHO.
Les autorités ont arrêté en soirée un suspect dans cette affaire. Il aurait allumé l'incendie par mégarde, en tentant de cambrioler l'intérieur du navire.
Une goélette mythique
Pendant plusieurs années, le navire de 300 tonnes dormait sur les berges de la baie de Baie-Saint-Paul. Bien en vue et dans un secteur prisé des touristes, la goélette fût capturée par de nombreux photographes professionnels et amateurs.
La goélette fût déménagée en 2009 à l'endroit où l'on devait la restaurer.
Le navire a été construit par le maître charpentier Paul Mailloux à l'Isle-aux-Coudres au début des années 1950. Il voguera sur les eaux du fleuve Saint-Laurent entre 1957 et 1976.
À la suite de son retrait des eaux, le peintre Guy Paquet y installera son atelier. Après avoir quitté le bateau, il tentera de financer sa restauration de pair avec plusieurs autres artistes, dont Tex Lecor.
En plus des photographies qui l'auront fait connaître à l'extérieur des frontières du Québec, l'Accalmie a aussi été la vedette de plusieurs toiles et ouvrages littéraires.