Depuis le début septembre, 13 nouveaux cas d’infection à la COVID-19 ont été enregistrés sur la Côte-Nord, portant ainsi le nombre de cas confirmés à 140 depuis le début de la pandémie.
Depuis le début septembre, 13 nouveaux cas d’infection à la COVID-19 ont été enregistrés sur la Côte-Nord, portant ainsi le nombre de cas confirmés à 140 depuis le début de la pandémie.

La COVID-19 s’est invité dans des établissements d’enseignement de la Côte-Nord

Steeve Paradis
Steeve Paradis
Collaboration spéciale
BAIE-COMEAU – Le coronavirus s’est invité dans des établissements d’enseignement de la Côte-Nord. Un cas a été répertorié au cégep de Baie-Comeau et un autre au centre de formation professionnelle (CFP) de Sept-Îles. La santé publique estime que la fréquentation des bars ou un party privé pourrait être à l’origine du cas à Baie-Comeau, ainsi que d’autres cas dans cette localité.

En fait, depuis le début septembre, 13 nouveaux cas d’infection à la COVID-19 ont été enregistrés dans la région, portant ainsi le nombre de cas confirmés à 140 depuis le début de la pandémie. Deux de ces personnes récemment infectées sont hospitalisées dans la région de Québec. Au total, 127 personnes sont considérées comme rétablies.

Surtout, près de la moitié des nouveaux cas de septembre concernent des gens âgés de moins de 35 ans. «Une partie de cette augmentation raconte une histoire (…), celle de partys privés ou de fréquentation des bars», de lancer le médecin conseil en santé publique de la région, le docteur Richard Fachehoun, qui fait une demande spéciale à ces jeunes de respecter les consignes sanitaires. «Aidez-nous à protéger vos proches et la population.»

Il n’y a toutefois pas lieu, pour l’instant, de fermer le cégep de Baie-Comeau ou le CFP de Sept-Îles. Les contacts des personnes infectées ont été identifiés et on ne parle pas d’éclosion à ces deux endroits. Pour ce qui est du cégep, les risques de contagion des autres étudiants et du personnel sont considérés «très faibles».

Des 13 nouveaux cas de septembre, pas moins de 9 concernent la MRC de Manicouagan, qui est sous haute surveillance de la santé publique régionale même si la Côte-Nord a toujours le code vert pour le niveau d’alerte COVID.

Ce qui inquiète un peu plus le Dr Fachehoun, c’est qu’on n’a pas encore identifié la source d’infection pour six de ces cas, ce qui démontre selon lui qu’on parle ici de transmission communautaire. «Sans la collaboration de la population, on ne pourra pas limiter le nombre de cas dans la région», prévient-il. Les enquêtes épidémiologiques reliées à ces nouveaux cas ne sont pas toutes complétées et le médecin dit espérer qu’elles permettront «de faire le lien avec d’autres cas».

Relâchement

Pour sa part, le président-directeur général du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord, Claude Lévesque, s’est dit «préoccupé» par le respect de plus en plus élastique des mesures de contrôle de l’infection, autant du côté des entreprises que des citoyens en général.

«Ce weekend, j’ai fait mon épicerie et j’ai constaté qu’il y a un relâchement significatif. Il n’y avait pas de panier à l’entrée, j’ai dû en prendre un et le laver moi-même, j’ai aussi cherché la bouteille pour le lavage des mains. J’ai vu aussi beaucoup de masques en-dessous du nez», a-t-il fait valoir.