«Les points de contrôle de Tadoussac et de Sacré-Cœur vont rester jusqu’au 31 mai. (…) Pour la Basse-Côte-Nord, la date de levée du barrage demeure inconnue», a soutenu la directrice générale adjointe du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord, Dyane Benoît.
«Les points de contrôle de Tadoussac et de Sacré-Cœur vont rester jusqu’au 31 mai. (…) Pour la Basse-Côte-Nord, la date de levée du barrage demeure inconnue», a soutenu la directrice générale adjointe du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord, Dyane Benoît.

La Côte-Nord ne sera pas accessible le 18 mai

Steeve Paradis
Steeve Paradis
Collaboration spéciale
Contrairement à l’annonce faite par Québec il y a quelques semaines, la Côte-Nord demeurera isolée au-delà du 18 mai. La direction régionale de la santé publique a décidé de repousser la levée de ces barrages le 31 mai, car le respect des mesures sanitaires n’est pas suffisamment ancré dans les habitudes.

«Les points de contrôle de Tadoussac et de Sacré-Cœur vont rester jusqu’au 31 mai. (…) Pour la Basse-Côte-Nord, la date de levée du barrage demeure inconnue», a soutenu la directrice générale adjointe du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord, Dyane Benoît.

«À la suite de l’analyse faite par l’équipe de santé publique, on pense qu’il est avantageux de poursuivre (les barrages) pour deux semaines additionnelles afin que la population adopte l’ensemble des mesures sanitaires. Au cours des derniers jours, avec le beau temps, les gens ont parfois tendance à oublier la distanciation physique», d’ajouter Mme Benoît.

Autant cette dernière que le médecin conseil en santé publique de la région, le Dr Richard Fachehoun, ont insisté sur l’importance de respecter ces mesures. «On ne peut pas avoir des barrages durant deux ans si on doit vivre encore avec ce virus pour deux ans», a-t-il fait savoir en indiquant que «nous sommes appelés à vivre avec le virus, d’où l’importance de respecter la distanciation physique et si ce n’est pas possible, de mettre un masque». 

Le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, a pris acte de la décision de la santé publique, ayant lui-même constaté voir «des gens qui ne respectent pas les deux mètres parce qu’il y a des barrages routiers et plus de cas dans la région. On a donc jusqu’au 31 pour bien apprendre collectivement le respect des mesures. Il faut être prêt pour quand il n’y aura plus de barrages».

M. Montigny a aussi tenu à rappeler que ce genre de décisions ne revient pas au maire ou au préfet. «Il ne faut surtout pas que les élus cherchent à mettre de la pression politique sur la direction de la santé publique, qui prend cette décision avec ce qu’il constate sur le territoire».

Pour revenir au nombre de cas d’infection à la COVID-19 dans la région, on en rapporte un nouveau, un premier depuis le 25 avril. On en compte maintenant 114, dont 92 dans la MRC de Sept-Rivières, là où le dernier cas s’est déclaré. Il n’y a aucune hospitalisation et aucun décès lié à la COVID-19 sur la Côte-Nord.