La Haute-Gaspésie est «la grande oubliée» du gouvernement libéral, à travers un mandat «exécrable» pour la Gaspésie dans son ensemble, juge le député Gaétan Lelièvre.

Haute-Gaspésie: Couillard doit tenir sa promesse, dit Lelièvre

GASPÉ — Québec doit faire aboutir avant la campagne électorale quatre dossiers urgents pour la Haute-Gaspésie, qui totalisent plus de 15 millions de dollars, réclame le député indépendant de Gaspé, Gaétan Lelièvre. Il incite le premier ministre Philippe Couillard à tenir sa promesse, faite il y a plus d’un an, que ce serait «le tour de la Haute-Gaspésie».

«On est à un mois du déclenchement [de la campagne]. Une fois déclenchée, la machine gouvernementale tombe au ralenti», indique M. Lelièvre, qui veut «faire ressortir l’urgence et l’importance de réaliser certains dossiers moteurs». Si les libéraux tardent trop, la Haute-Gaspésie aura droit à de nouvelles promesses électorales plutôt qu’à des réalisations, craint-il.

La MRC Haute-Gaspésie se classe au dernier rang québécois pour son indice de vitalité économique. En mai 2017, alors qu’il annonçait 100 millions pour refaire le rail, du côté sud de la péninsule, M. Couillard avait déclaré à des élus locaux que ce serait bientôt «au tour de la Haute-Gaspésie», du côté nord, de recevoir de l’aide. Il avait réitéré cet engagement en septembre suivant, à l’inauguration de la cimenterie de Port-Daniel, aussi du côté sud.

La piste de l’aéroport de Sainte-Anne-des-Monts, avec ses 3954 pieds de long et 90 pieds de large, est la plus petite utilisée par le service d’évacuations aéromédicales du Québec. Seul l’avion-ambulance Dash-8 du gouvernement peut y atterrir. Sainte-Anne-des-Monts, principale ville de la Haute-Gaspésie, souhaite allonger et élargir sa piste pour recevoir aussi le Challenger du gouvernement.

Québec doit financer 90 % de ces travaux de 6 millions de dollars, estime M. Lelièvre, qui prévoit des retombées touristiques. «On a un parc national [de la Gaspésie] qui pourrait être développé si on avait accès à des vols commerciaux.»

Le centre de formation Micheline-Pelletier, dans la même ville, attend des investissements de 5 à 6 millions de dollars afin d’offrir de nouveaux diplômes professionnels. «Ça veut dire 20 à 30 nouveaux emplois de professeurs, de personnel de soutien et plus de 100 étudiants de l’extérieur», précise M. Lelièvre. Seule une somme de 300 000 $ pour offrir Conduite d’engins de chantiers a été annoncée en mars 2018.

La Maison de la culture de Sainte-Anne-des-Monts et sa salle de spectacles doivent être refaites et agrandies au coût de 4 millions de dollars. «C’est la seule du réseau gaspésien qui n’a pas été refaite. […] Qu’est-ce- qu’on attend pour annoncer ce dossier?», demande le député.

Sept des huit ambulances basées du côté nord de la Gaspésie fonctionnent avec des horaires «de faction». Les ambulanciers attendent les appels à la maison, plutôt que dans le véhicule ou dans la caserne, ce qui étire les délais. Des ambulanciers du côté sud ont vu leurs horaires convertis en horaires à l’heure récemment, mais rien n’a changé en Haute-Gaspésie. 

Selon M. Lelièvre, les résidents de la Haute-Gaspésie font déjà leur part. «Ils ne lâchent pas : des jeunes reviennent, des commerces s’achètent. Mais ils ont besoin d’investissement gouvernemental.»