Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Dans les dernières semaines, grâce au retour des jours plus chauds, les devantures enneigées ont laissé place aux terrains gazonnés d’un bout à l’autre du pays.
Dans les dernières semaines, grâce au retour des jours plus chauds, les devantures enneigées ont laissé place aux terrains gazonnés d’un bout à l’autre du pays.

En mai, laissez le gazon pousser! [VIDÉO]

Simon Carmichael
Simon Carmichael
Initiative de journalisme local - Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Que pensez-vous de vous soulager d’une corvée tout en aidant la nature? Rien de plus simple : laissez le gazon pousser en mai, et la biodiversité vous remerciera, propose Conservation de la nature Canada.

Dans les dernières semaines, grâce au retour des jours plus chauds, les devantures enneigées ont laissé place aux terrains gazonnés d’un bout à l’autre du pays. Afin d'appuyer la biodiversité, Conservation de la nature Canada (CNC), un organisme à but non lucratif voué à la conservation des milieux naturels, propose aux Canadiens de laisser la tondeuse dans le cabanon tout au long du mois de mai, et de laisser la nature faire son œuvre.

Le mouvement anglais No Mow May, traduit par «En mai, laissez pousser!» invite la population à venir en aide aux pollinisateurs et aux autres espèces qui vivent dans les quelques 6,2 millions de pelouses canadiennes, puisque la perte et la dégradation des habitats étant la cause principale du déclin des espèces sauvages.

«Quand on pense aux gestes qui peuvent être posés dans d’innombrables arrière-cours pour améliorer les habitats des pollinisateurs indigènes tels que les abeilles, certaines espèces d’oiseaux et d’autres animaux qui aident ainsi les plantes à se reproduire, on s’aperçoit que tout cela peut avoir de grands bienfaits pour la nature et la qualité de nos écosystèmes urbains», rapporte le chargé de projet à CNC, Claude Drolet.


«  En laissant pousser les fleurs sur votre pelouse, y compris les pissenlits, vous pouvez fournir une importante source de nectar et de pollen aux abeilles sauvages, aux papillons et aux autres insectes pollinisateurs »
Le chargé de projet à Conservation de la nature Canada, Claude Drolet

«Ces dernières années, nous avons constaté un déclin massif de certaines populations de pollinisateurs en raison des changements climatiques, de la perte d’habitat (y compris la disparition de plantes indigènes) et de l’utilisation de pesticides. Pourtant, de nombreux fruits que nous achetons ou que nous cultivons dans nos jardins, notamment les fraises, les pommes et les melons, ne pourraient pas pousser sans l’aide des pollinisateurs sauvages.»

Dans le cas où vous devez absolument tondre votre gazon, l’organisme vous suggère d’attendre le plus longtemps possible avant de le faire au printemps, et idéalement, «de le faire plus lentement pour permettre aux insectes, grenouilles et autres de se mettre à l’abri». On recommande également une tonte toutes les quatre semaines.

Selon une étude menée au Royaume-Uni, changer la fréquence de tonte et en permettrait aux plantes de fleurir, créant suffisamment de nectar pour alimenter dix fois plus de pollinisateurs.