Après des sollicitations remontant au début d’avril venant de groupes de pêcheurs du Québec et du Canada atlantique, le gouvernement fédéral annonce des programmes d’aide qui pourraient atteindre 469,4 millions $ pour réduire l’impact de la pandémie sur la capture de produits marins.
Après des sollicitations remontant au début d’avril venant de groupes de pêcheurs du Québec et du Canada atlantique, le gouvernement fédéral annonce des programmes d’aide qui pourraient atteindre 469,4 millions $ pour réduire l’impact de la pandémie sur la capture de produits marins.

COVID-19 : une aide pour les pêcheurs, après six semaines de revendications

Gilles Gagné
Gilles Gagné
Collaboration spéciale
NEW RICHMOND – Après des sollicitations remontant au début d’avril venant de groupes de pêcheurs du Québec et du Canada atlantique, le gouvernement fédéral annonce des programmes d’aide qui pourraient atteindre 469,4 millions $ pour réduire l’impact de la pandémie sur la capture de produits marins. La somme s’ajoute aux 62,5 millions $ du Fonds de stabilisation des produits de la mer, qui s’adresse essentiellement aux transformateurs.

L’État établit donc la «prestation aux pêcheurs», un programme qui pourrait consacrer 267,9 M $ en soutien du revenu. La somme est destinée aux pêcheurs autonomes et à ceux travaillant à pourcentage n’ayant pas droit à la subvention salariale d’urgence. La prestation pourrait combler jusqu’à 75% des pertes de revenus excédant 25%, avec comme référence les gains déclarés en 2019. Le maximum versé pour la saison reviendra à 12 semaines de 847$, soit un total de 10 000$.

Ottawa lance aussi la «subvention aux pêcheurs», dotée d’une enveloppe pouvant atteindre 201,8 M $. Il s’agit ici d’accorder des subventions aux pêcheurs qui ne sont pas admissibles à l’aide offerte par le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes ou à des mesures semblables. L’aide vise à fournir des liquidités, notamment pour couvrir des frais fixes. Dans ce cas aussi, le montant peut aller jusqu’à 10 000$ par pêcheur.

De plus, les mesures annoncées jeudi aideront les pêcheurs autonomes et les pêcheurs à pourcentage à toucher des prestations d’assurance-emploi calculées sur les gains assurables des saisons antérieures, soit l’hiver dans certains cas mais majoritairement l’été.

La ministre des Pêches et des Océans, Bernadette Jordan, indique que des détails sur ces programmes seront communiqués sous peu.

Le Regroupement des pêcheurs professionnels du sud de la Gaspésie, qui représente les 149 homardiers de la péninsule, a milité pour un train de mesures visant à aider ses membres mais il n’a pas réagi officiellement, jeudi. Jusqu’à présent, ce sont les homardiers qui sont les plus à risque de perdre beaucoup en raison de la COVID-19.