Le maire de Sainte-Félicité, Andrew Turcotte

Confusion dissipée à la MRC de La Matanie

MATANE — La confusion semée à la suite de la dernière réunion extraordinaire de la MRC de La Matanie, tenue le 5 novembre et dont le seul sujet à l’ordre du jour était «Entente de fin d’emploi de la directrice générale», a fini par se dissiper. Lors de la séance ordinaire du conseil convoquée mercredi, les citoyens ont appris que l’employée municipale, qui est actuellement en congé de maladie pour une période indéterminée, demeurait en fonction.

«Il n’y a pas de suite, a fait savoir en entrevue au Soleil le maire de Matane, Jérôme Landry. On était en négociation avec Mme [Line] Ross, mais elle a décidé de demeurer à la MRC. C’était une négociation de préretraite. On voulait préparer la relève. On avait un plan stratégique avec de nouveaux défis. C’était de voir à travailler et à préparer un transfert de compétences et d’expertise pour la nouvelle personne pour la remplacer.»

Le maire Landry et son homologue de Sainte-Félicité, Andrew Turcotte, avaient fait parvenir aux neuf autres élus une convocation par huissier. Une fois tous les membres du conseil réunis, le maire de Matane avait levé l’assemblée dès son ouverture. «On voulait être capables d’avoir une offre finale, explique Jérôme Landry. Mais Mme Ross a décidé, quelques heures avant la séance, d’annuler sa proposition.»

Cette façon de faire du maire Landry et les suspicions soulevées autour de l’employée municipale, qui est en poste depuis seize ans, avaient été vertement critiquées par d’anciens préfets et celui qui occupait la fonction jusqu’à mercredi, soit Denis Santerre, et par des citoyens. 

+

UNE USINE DE CRYPTOMONNAIE À MATANE?

Au cours de la réunion de mercredi, le conseil de la MRC de La Matanie a adopté une résolution visant à modifier le règlement de zonage de la Ville de Matane afin d’autoriser l’implantation d’une usine de cryptomonnaie sur le territoire de la municipalité. Le projet de conversion d’une ancienne usine de pâtes et papiers désaffectée depuis 2012 n’est cependant plus dans les cartons. «C’est un dossier qui chemine, confirme le maire de Matane. Il y a un promoteur qui désire développer le service en Matanie. Donc, on fait des modifications de zonage pour qu’il puisse être en mesure d’opérer dans le parc industriel.» L’élu a refusé de dévoiler le nom du promoteur et son échéancier.

Jérôme Landry n’est plus inquiété par Hydro-Québec qui songeait à hausser les tarifs d’électricité pour les mines de bitcoins. «C’est un projet à petite échelle, précise-t-il. Donc, il n’y a pas de problème pour le moment avec Hydro-Québec.»