Après avoir convoqué les neuf autres maires de la MRC de La Matanie par huissier, le maire de Matane, Jérôme Landry, a levé l’assemblée dès son ouverture.

Confusion à la MRC de la Matanie

MATANE – La confusion règne à la MRC de La Matanie autour de l’emploi de sa directrice générale, Line Ross. Les maires Jérôme Landry et Andrew Turcotte ont fait parvenir une convocation par huissier pour une réunion extraordinaire du conseil des maires qui était fixée à mardi. Or, en ouverture d’assemblée, constatant que la salle était remplie de citoyens, le maire Landry a décidé de lever l’assemblée. La division était palpable.

«Comme je considère que ce dossier-là est confidentiel, je demande la fermeture de l’assemblée», a lancé le maire de Matane, Jérôme Landry. «Vous avez fait déplacer tout ce monde-là pour rien?» lui a demandé le préfet Denis Santerre. «Moi, je suis d’accord pour ne pas laver notre linge sale devant le monde», a rétorqué le maire de Saint-Ulric, Pierre Lagacé. 

En entrevue, M. Landry a expliqué que comme il avait de nouvelles informations, il souhaitait pouvoir en discuter avec les maires. Interrogé à savoir si la directrice générale avait encore sa confiance, l’élu n’a pas voulu répondre et s’est défilé.

Le préfet n’a pas caché sa stupéfaction et son amertume, n’étant pas au courant de l’intention du maire de Matane. «C’est un dossier très important, a-t-il dit. On parle d’une ressource humaine qui est ici depuis 16 ans.» Pour Denis Santerre, cette réunion devait être publique. «Vous payez les élus municipaux, a-t-il rappelé. Ils sont là pour donner les réponses! Ça ne se fait pas, des séances fermées. Tout doit être transparent.» L’élu, qui est également maire de Baie-des-Sables, espère que l’abcès puisse être crevé lors de la prochaine séance du conseil des maires, prévue le 27 novembre.

La mairesse de Grosses-Roches, qui avait publié la convocation sur sa page Facebook, croyait que le sujet était d’intérêt public. Elle a dit partager la déception des gens dans la salle, dont certains avaient parcouru plusieurs kilomètres pour assister à cette assemblée. «J’ai hâte que ça finisse, que les choses s’arrangent et qu’on recommence à vivre, a exprimé Victoire Marin. Il n’y a plus grand-chose qui avance.» L’élue s’objecte au limogeage de l’employée municipale. «Je n’ai rien à dire contre elle», a-t-elle laissé tomber. 

Deux anciens préfets ont tenu à faire part de leur soutien auprès de la directrice générale de la MRC. «Ça fait 16 ans que Mme Ross travaille à la MRC et elle a un dossier vierge, a affirmé Réginald Desrosiers. Il n’y a eu aucune critique de la part des maires.» Selon lui, il s’agit d’un «faux prétexte». À son avis, le maire de Matane convoite le poste de préfet en vue des élections à la préfecture qui se tiendront dans un mois. «Il y a aussi, sur le plan fiscal, de grosses sommes qui tombent pour le développement économique de la MRC et je pense que la Ville de Matane veut s’accaparer ces sommes-là pour son développement économique au détriment des petits villages, a-t-il avancé. Il y a sûrement des choses à changer à la MRC. Mais, ce n’est pas par un putsch qu’on va le faire!»