Le maire de Rimouski, Marc Parent, entouré de Sylvain St-Pierre et de Guy Dionne, respectivement trésorier et directeur général adjoint de la Ville de Rimouski

«Augmentation substantielle» du compte de taxes en 2020 à Rimouski

RIMOUSKI – Pendant que les taxes municipales augmenteront de 1,3 % à Québec et de 2,1 % à Montréal, le contribuable moyen de Rimouski devra faire face à une augmentation de son compte de taxes de 4,1 % en 2020. Il devra payer 99 $ de plus en impôt foncier. Cette hausse est bien au-delà de l’indice des prix à la consommation qui est de 1,9 %.

«Malgré le fait que cette augmentation soit substantielle, Rimouski demeure parmi les villes les moins taxées au Québec et offre des services de grande qualité», a répété plus d’une fois le maire de Rimouski, Marc Parent.

Le propriétaire d’une résidence évaluée à 212 727 $ aura à payer 2410 $ en taxes municipales. Marc Parent martèle que «la Ville de Rimouski est dans une situation extrêmement enviable si on la compare aux autres villes du Québec». «Le taux de taxation de la Ville de Rimouski est parmi les plus bas au Québec, a-t-il spécifié. Le taux d’endettement pour les villes comparables de 45 000 à 55 000 habitants est le plus bas au Québec.» Sur sept villes québécoises comparables en termes démographiques, Rimouski se situe au deuxième rang du compte de taxes moyen le moins cher après Mirabel, dont le compte est estimé à 1623 $. Saint-Eustache suit de près avec 2661 $.

Budget de 91,6 M$

Lundi soir, le conseil municipal de Rimouski a adopté un budget équilibré de 91,6 millions $. «En 2020, la taxe foncière et la tarification des services représenteront 74 % des sources de revenus du budget de fonctionnement, a expliqué M. Parent. La diminution des revenus attribuables à la vente de terrains et aux produits de placements s’inscrit comme un enjeu financier déterminant. Dans ce contexte, la recherche de nouvelles sources de financement est une priorité pour limiter les hausses de taxes futures.»

De 2015 à 2020, le budget de la Ville de Rimouski a augmenté de 20 %. «Il y a eu des acquisitions importantes, mais aussi des obligations, a-t-il fourni comme raisons. Pour une résidence moyenne, c’est un peu moins de 2 $ par semaine d’augmentation de taxes. Si on le compare avec l’indice des prix à la consommation, c’est substantiel, mais les gens en ont vraiment pour leur argent! Les citoyens voulaient avoir plus de pavage et voulaient un centre animalier, ce qu’on va faire en 2020.»

L’élu assure que son administration a déployé beaucoup d’efforts pour ne pas surtaxer les contribuables, mais «la Ville fait face à des contraintes budgétaires additionnelles de 2,65 millions $». Ces dépenses s’expliquent par la «facture salée» de la Sûreté du Québec, les services de déneigement, l’ajout de quatre postes de pompiers permanents, la construction d’un nouveau bâtiment pour le Centre de services animaliers qui fait passer le budget annuel du simple au double ainsi que l’augmentation importante des contrats de pavage liée aux coûts du bitume et la majoration des salaires des employés municipaux. «La tarification de la Sûreté du Québec est basée sur la vitalité économique d’une ville, a précisé le maire Parent. On est victimes du succès de la ville de Rimouski. On se retrouve avec une facture à payer qui est tout près de 6 % au-dessus de ce qu’on payait l’an dernier.»