Appel à la démission de la patronne du CISSS de la Gaspésie: la direction ne comprend pas

Simon Carmichael
Simon Carmichael
Initiative de journalisme local - Le Soleil
Le CISSS de la Gaspésie a du mal à comprendre les sorties publiques du Syndicat des infirmières, auxiliaires et inhalothérapeutes de l’Est-du-Québec à propos du manque de main-d’oeuvre à l’hôpital de Maria. Mercredi, le syndicat a demandé la démission de la PDG du CISSS, Chantale Duguay.

«Je m’explique mal les sorties du syndicat. Il y a des écarts majeurs entre la teneur des propos en privé et sur la sphère publique», note le directeur des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques, Martin Brosseau, en entrevue avec Le Soleil. Il rapporte avoir eu plus d’une cinquantaine de rencontres avec les syndicats, dont une vingtaine avec les équipes de la Baie-des-Chaleurs. 

Il dénonce un manque de nuance du Syndicat des infirmières, auxiliaires et inhalothérapeutes de l’Est-du-Québec (SIIIEQ), particulièrement sur la sphère publique. «Quand on sort de nos forums habituels, le ton change», déplore-t-il, ajoutant que les canaux de communication avec le syndicat sont toujours «grand ouverts». «Il faut de la nuance, tout n’est pas noir, tout n’est pas blanc», conclut-il.

Mercredi, lors d’une manifestation devant l’hôpital de Maria, le SIIIEQ réclamait une intervention ministérielle pour un changement de gouvernance au CISSS de la Gaspésie, insatisfait de la gestion du personnel. Le syndicat réclame la démission de la présidente-directrice générale, Chantale Duguay. 

Le député péquiste de Bonaventure, Sylvain Roy, dénonce les conditions de travail à l’hôpital de Maria et la «détresse» des employés. Il souhaite voir des changements dans les façons de faire du CISSS, mais ne souhaite pas nécessairement voir Mme Duguay quitter son poste, comme le demande le SIIIEQ. 

Un conflit qui s’allonge

En poste depuis 2015, Chantale Duguay «manque de considération pour l’amélioration des conditions de travail», déplore le président du syndicat, Pier-Luc Bujold. Depuis plusieurs mois, l’hôpital de Maria vit une pénurie de personnel sans précédent, notamment dans le département d’obstétrique, où surviennent régulièrement des ruptures de services, à l’urgence ainsi que dans les départements de médecine et de chirurgie. Le syndicat appelle à un «changement radical» dans la philosophie de gestion du CISSS. 

«Cela fait 5 ans que la PDG Mme Duguay nous dirige dans le mur, mais là, nous avons frappé ce mur et cela fait mal. J’ai l’impression qu’elle a détruit l’hôpital de Maria. [...] Il faut qu’il y ait un changement de gestion rapidement si nous voulons assurer l’accès aux services de santé à la population à long terme», écrit le président du SIIIEQ dans un communiqué. 

En mai dernier, une dizaine d’infirmières avaient menacé de démissionner si le CISSS n’augmentait pas le nombre d’employés sur les quarts de jour et de nuit. «Il y a des défis de personnel partout au Québec, particulièrement dans les régions. On connaît les défis, et on en a déjà même discuté avec le syndicat. Il n’y a pas de solutions à court terme», explique Martin Brosseau. 

Contacté par Le Soleil, le ministère de la Santé a réitéré sa confiance en Mme Duguay comme PDG du CISSS de la Gaspésie.