La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec, Andrée Laforest (au centre) était à Gaspé dans le cadre de sa tournée régionale.
La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec, Andrée Laforest (au centre) était à Gaspé dans le cadre de sa tournée régionale.

1,4 million $ pour la Gaspésie, mais moins de décisions

Simon Carmichael
Simon Carmichael
Initiative de journalisme local - Le Soleil
Vingt-sept projets gaspésiens se partageront 1,4 million $ provenant du fonds région et ruralité (FRR). Si les acteurs locaux se réjouissent de la flexibilité du programme, visant particulièrement le tourisme, la culture et le commerce au détail cette année, ils dénoncent la décision du ministère de l’Économie de transférer l’administration d’un fonds uniquement dédié à la Gaspésie hors de la péninsule, vers Rimouski.

«Il n’y a rien de plus important que les entrepreneurs pour la relance économique post-pandémie», explique la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec, Andrée Laforest, à Gaspé dans le cadre de sa tournée régionale. Elle accompagnait la ministre déléguée au Développement économique et ministre responsable de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, Marie-Ève Proulx, ainsi que la présidente de la table des préfets de la Gaspésie, Nadia Minassian.

Parmi les projets sélectionnés, on retrouve du financement afin d’adapter la Traversée de la Gaspésie à la COVID-19, une enveloppe de 100 000 $ afin de promouvoir l’entrepreneuriat dans la région ainsi que 75 000 $ pour promouvoir le ski hors-piste dans la péninsule. Les nombreux projets retenus totalisent quelque quatre millions de dollars d’investissement. En 2019, l’enveloppe du FRR totalisait un million, alors qu’elle est de 1,4 million cette année.

Mme Minassian s’est réjouie de certaines modifications qui ont été apportées au FRR, notamment en ce qui a trait à la flexibilité du programme et aux délais qui y sont reliés. Désormais, les sommes allouées au FRR ne devront plus être dépensées en entièreté, au risque de perdre les surplus, comme l’argent non dépensé sera reconduit d’une année à l’autre. «Tous les programmes devraient être aussi flexibles, croit-elle. Ça permet aux élus locaux de mieux répondre aux besoins des gens sur le terrain.»

Un programme dédié à la Gaspésie géré à Rimouski

Si les préfets de la Gaspésie sont satisfaits de la flexibilité offerte par le FRR, ceux-ci dénoncent la restructuration d’Investissement Québec qui a eu comme conséquence de déplacer de nombreux postes décisionnels vers Rimouski. C’est notamment le cas de l’administration du Fonds d’aide aux initiatives régionales (FAIR), un fonds unique et dédié à la région, qui est désormais géré à partir de Rimouski. Dans les cinq dernières années, 30 millions $ ont été investis en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine via cette enveloppe.

«C’est un fonds qui est efficace quand on l’additionne à la fine lecture du terrain et à la proximité avec les communautés, explique Nadia Minassian. Pour un programme structurant et local comme le FAIR, c’est important de garder une proximité avec le milieu», dénonce-t-elle.

En regroupant les décisions au Bas-St-Laurent, le gouvernement va contre ses propres promesses de décentralisation, selon Mme Minassian. Elle se désole de voir plusieurs postes décisionnels quitter la région, même si le nombre d’emplois en Gaspésie est maintenu. «On nous assure qu’on va garder les emplois à Chandler, je comprends, mais on veut garder les décisions, pas seulement des techniciens, déplore la préfète. Le premier ministre Legault a promis une décentralisation des postes du secteur public vers les régions, et avec cette réforme, c’est tout le contraire».