Au Colisée à Rome, des touristes portaient un masque lors de leur visite vendredi. Les élèves de la Polyvalente Benoît-Vachon sont quant à eux revenus plus tôt de leur voyage en Italie en raison de la propagation du coronavirus.

Élèves de la Beauce revenus d'Italie: le retour à l’école attendra 

Les élèves de la Polyvalente Benoît-Vachon revenus plus tôt de leur voyage en Italie devront finalement être placés en isolement volontaire pour une période de 12 jours, recommande la Direction de santé publique.

Après une nouvelle analyse de la situation, le Centre intégré de santé et services sociaux de Chaudière-Appalaches suggère aux voyageurs de ne pas fréquenter les milieux «où il serait difficile de vous isoler rapidement» et de maintenir la surveillance de l’apparition de symptômes tels que la toux et la fièvre. 

Les 37 élèves et trois accompagnateurs sont revenus mercredi de leur voyage, au lieu du 9 mars. La propagation du coronavirus dans le nord de l’Italie aura eu raison de leur séjour. 

LIRE AUSSI : Élèves de la Beauce en voyage scolaire en Italie ramenés au Québec: «On ne voulait prendre aucun risque»

«La Direction de santé publique a changé d’idée, comme à notre habitude, on suit leur recommandation», indique Marie-Ève Dutil, directrice par intérim du secrétariat général de la Commission scolaire de la Beauce-Etchemin.

Dans la lettre envoyée aux parents, il est cependant bien précisé que la probabilité de contracter le COVID-19 est «faible», étant donné que les voyageurs ne se sont «pas rendus dans la zone plus à risque».

Si les élèves revenus d’Italie suivent les recommandations, ils pourront revenir en classe le 18 mars, ce qui les force à manquer plus d’une semaine de jours d’école.

Mme Dutil assure qu’aucun enfant ne sera pénalisé dans sa scolarisation. «On va assurer un suivi virtuel avec les élèves, on va les soutenir à tous les niveaux», insiste-t-elle. 

Les trois employés de la Comission scolaire revenus avec les élèves suivront les recommandations de la Direction de santé publique, à la demande de la commission scolaire.

«On appelle tout le monde à penser aux adolescents en premier. Les adolescents doivent retourner à leur vie d’adolescents, on ne veut pas qu’ils soient perturbés par les discours d’adultes», ajoute Mme Dutil, qui craignait qu’une peur s’installe autour du groupe revenu d’Italie quelques jours avant la date prévue. 

Un plan d’action contre la violence à l’école est mis en place à la Polyvalente Benoît-Vachon, ajoute aussi Marie-Ève Dutil. 

«Ces mesures demeurent des recommandations, et non des obligations. Les parents sont libres de décider comment ils gèrent la situation», précise le directeur de santé publique de Chaudière-Appalaches, Philippe Lessard.

Au départ, les élèves pouvaient retourner à l’école sans crainte. Le changement de position s’explique après plusieurs discussions avec l’école. Celle-ci ne pouvant pas isoler l’enfant convenablement s’il présentait des symptômes, la Direction de santé publique a décidé d’émettre cet avis d’isolement volontaire.