Avec l’ex-député néo-démocrate d’Acadie-Bathurst, Yvon Godin, le chef Jagmeet Singh a dévoilé son nouveau candidat dans cette circonscription, l’ex-directeur général du Festival acadien de Caraquet et de la Fédération culturelle acadienne de la Nouvelle-Écosse, Daniel Thériault.

Singh s’excuse d’avoir pris autant de temps pour visiter le Nouveau-Brunswick

BATHURST — Jagmeet Singh s’est excusé, lundi, d’avoir attendu aussi longtemps avant d’aller au Nouveau-Brunswick. C’était la première fois qu’il se rendait dans la province depuis son élection comme chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) en 2017.

S’adressant aux journalistes à Bathurst, dans le nord-est de la province, M. Singh a insisté sur le fait que les néo-démocrates prennent le Nouveau-Brunswick au sérieux et que leurs promesses électorales portent sur des enjeux chers à la région, notamment en matière de santé et d’assurance-emploi.

Le chef du NPD n’a pas cherché à justifier ses deux ans d’absence, se contentant de se montrer repentant.

«Je suis désolé et je m’excuse, mais je suis ici maintenant et j’ai hâte de continuer à être présent et de retourner dans ce bel endroit et au Nouveau-Brunswick», a-t-il affirmé.

M. Singh a dévoilé son candidat dans Acadie-Bathurst, une circonscription représentée par le néo-démocrate Yvon Godin de 1997 jusqu’à sa retraite en 2015.

En août dernier, M. Godin avait critiqué l’absence de M. Singh dans la région. Il était néanmoins tout sourire à ses côtés, lundi, pour présenter celui qui espère lui succéder : Daniel Thériault, l’ex-directeur général du Festival acadien de Caraquet et de la Fédération culturelle acadienne de la Nouvelle-Écosse.

M. Singh a bon espoir que celui qu’il décrit comme un «candidat vedette» va poursuivre le combat jadis mené par M. Godin pour défendre la langue française dans la circonscription la plus francophone à l’extérieur du Québec. Il affrontera le député libéral sortant Serge Cormier.

Promesses phares

Lundi matin, M. Singh a répété ses promesses phares dans les provinces de l’Atlantique, soit une assurance médicaments universelle ainsi qu’une couverture complète des soins dentaires pour chaque famille ayant moins de 70 000 $ en revenus familiaux.

Il a aussi recyclé les promesses néo-démocrates d’abaisser le seuil d’admissibilité aux prestations d’assurance-emploi à 360 heures et de bonifier les prestations de maladie afin de les faire passer à 50 semaines.

AbonnezvousBarometre

M. Singh s’est également engagé à moderniser la Loi sur les langues officielles «tout de suite» s’il est élu premier ministre en octobre.

Dans un communiqué transmis plus tard dans la journée, la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB) a dit accueillir avec enthousiasme cette volonté de mieux refléter «la spécificité du Nouveau-Brunswick et la réalité linguistique du Canada en 2019».

«Les autres partis auront-ils le courage d’emboîter le pas de M. Singh?» a écrit le président de la SANB, Robert Melanson, en invitant les cinq autres chefs à s’engager fermement en ce sens.

Bassin de candidatures toujours incomplet

M. Thériault complète ainsi les candidatures néo-démocrates au Nouveau-Brunswick.

«C’était notre stratégie de retarder l’annonce parce qu’on voulait avoir un bon impact, a-t-il expliqué. Et maintenant que M. Singh nous connaît, il va revenir souvent.»

Le NPD présente également une liste complète de candidats en Nouvelle-Écosse et à l’Île-du-Prince-Édouard. À Terre-Neuve-et-Labrador, le parti a des candidats nommés dans cinq circonscriptions sur sept. Il lui reste un total de 10 candidatures à combler à l’échelle du pays, et de ce nombre, neuf sont en voie d’être confirmées, a précisé un porte-parole du parti par courriel lundi.

Jagmeet Singh soutient que le processus de nomination des candidats s’est prolongé parce que le parti cherchait à recruter davantage de femmes. Ces dernières se montrent souvent hésitantes à faire le saut en politique puisque, contrairement à la plupart des hommes, elles ne se voient pas reflétées dans le bassin d’élus et doutent de leurs compétences, selon le chef néo-démocrate.

Il souligne que son équipe est maintenant composée d’un nombre record de candidats issus des peuples autochtones, de la diversité sexuelle et des communautés racisées — et 49 % des candidatures sont assumées par des femmes.