Lors d'un rassemblement festif «pour faire sortir le vote», Jagmeet Singh a tenu à rappeler les avancées réalisées par des gouvernements minoritaires.

Jagmeet Singh invite les électeurs à surpasser la peur

BRAMPTON — En cette deuxième journée de vote par anticipation, le chef néo-démocrate Jagmeet Singh a fouetté ses troupes à Brampton, en Ontario, pour inciter les électeurs à ne pas prendre une décision motivée par la peur.

Lors d'un rassemblement festif «pour faire sortir le vote», M. Singh a tenu à rappeler les avancées réalisées par des gouvernements minoritaires au sein desquels le Nouveau Parti démocratique était bien représenté.

Le vote par anticipation est en cours et se terminera lundi.

M. Singh a laissé entendre que son parti pourrait faire valoir certaines de ses positions aux Communes sans nécessairement former le gouvernement, citant en exemple ses engagements à créer un régime national d'assurance-médicaments et abolir les subventions à l'industrie pétrolière.

Bien qu'il vise le poste de premier ministre, M. Singh a mis l'accent sur l'importance de porter un maximum de candidats néo-démocrates au pouvoir.

«Mes amis, dans cette élection, on a un choix. On a choix pour défendre l'environnement, on a un choix pour investir dans l'énergie propre, on a un choix de défendre l'avenir pour les gens. On peut investir dans les soins de santé. On peut choisir l'espoir. Il ne faut pas choisir la peur», a-t-il martelé en français.

«Peu importe la décision des Canadiens, je veux qu'ils gagnent. S'ils votent pour le NPD, ils vont gagner», a-t-il enchainé.

Les plus récentes intentions de vote compilées par Léger pour le compte de La Presse canadienne indiquent que le Parti libéral et le Parti conservateur sont au coude-à-coude, ce qui laisse présager la formation d'un gouvernement minoritaire.

Six conditions pour une coalition

Le chef néo-démocrate Jagmeet Singh a fait savoir que la collaboration de son parti serait assortie de six conditions.

À neuf jours des élections, M. Singh a expliqué qu’il se montrerait seulement favorable à la formation d’une coalition si celle-ci accepte d’intervenir immédiatement dans six dossiers.

Parmi ces enjeux dits «urgents» figurent l’accès à des logements abordables, la lutte contre l’endettement étudiant ainsi que la création de régimes nationaux de soins dentaires et d’assurance-médicaments.

La lutte contre les changements climatiques, l’établissement d’un plafond sur les factures de téléphone cellulaire et la mise en place d’un impôt sur les grandes fortunes font également partie du lot.

En point de presse à Toronto, samedi après-midi, M. Singh a été catégorique: «Pour avoir notre appui, il faut travailler sur ces enjeux».

Le chef néo-démocrate a toutefois souligné que la réforme électorale constitue une autre question «essentielle», mais qui n’est selon lui pas aussi «urgente» dans la mesure où elle n’affecte pas les Canadiens dans leur vie quotidienne.

Il la présente néanmoins comme une «priorité» du Nouveau Parti démocratique, afin de «s’assurer que chaque vote compte» et que les électeurs n’aient plus à tenir compte de considérations stratégiques.

La réconciliation avec les peuples autochtones constitue un autre «thème transversal» dans les priorités néo-démocrates, a-t-il ajouté.

Appel aux travailleurs de l'énergie

Jagmeet Singh s'est aussi engagé à aider les travailleurs des sables bitumineux à leur trouver des emplois dans d'autres secteurs de l'économie si le NPD prenait le pouvoir et mettait en oeuvre son plan contre les changements climatiques.

Les néo-démocrates veulent cesser de subventionner les sociétés pétrolières et gazières afin d'assurer la transition vers les ressources énergétiques renouvelables.

Cet engagement n'est pas bien accueilli par les travailleurs du secteur pétrolier qui craignent de perdre leur emploi.

M. Singh promet de consacrer une partie des milliards de dollars qu'un gouvernement néo-démocrate compte tirer en imposant plus durement les plus riches à aider les travailleurs albertains à trouver de nouveaux emplois.

Selon lui, l'engagement du parti à construire 500 000 logements abordables permettra à ces travailleurs d'exercer leurs compétences dans un autre secteur de l'économique.

«Nous pouvons y arriver. C'est une question d'engagement. Il faut avoir le courage de le faire et nous sommes prêts à le faire», a-t-il dit.