Sébastien CoRhino, Chef du Parti Rhinocéros, et le candidat en Beauce, Maxime Bernier

Champ libre pour l’autre Maxime Bernier

Rien dans la loi n’empêche le Parti Rhinocéros de présenter son candidat nommé Maxime Bernier dans la circonscription de Beauce, comme cela a été annoncé mardi. En autant que c’est son vrai nom. Ce comté est bien sûr celui du député sortant et chef du Parti populaire du Canada, le «vrai» Maxime Bernier.

«Il n’y a rien dans la Loi électorale du Canada qui empêche deux ou même plusieurs candidats ayant le même nom, mais représentant différentes affiliations politiques, de paraître sur le même bulletin», assure Natasha Gauthier, porte-parole d’Élections Canada.

L’automne dernier, deux Jean-François Simard s’étaient affrontés dans Montmorency, aux dernières élections québécoises. Mais qu’en est-il de l’intention, claire ici par dérision, de tromper certains électeurs, qui pourraient placer leur crochet à côté du nom du «faux» Maxime Bernier au lieu de celui du «vrai», en poste depuis 2006?

AbonnezvousBarometre

«On ne peut pas prouver ou juger de l’intention, indique Mme Gauthier. Sur le bulletin de vote, le nom de chaque candidat est inscrit suivi du nom du parti qu’il représente. Le Parti Rhinocéros est un parti dûment enregistré, ils ont fait leurs devoirs et remplissent les critères. Il n’y a donc rien qui empêche ça.»

Selon la porte-parole d’Élections Canada, il est important que Maxime Bernier soit le véritable nom de la personne en question, et non juste un pseudonyme. M. Bernier doit fournir les documents légaux attestant de la chose.

Dominique Michel, Stefie Shock et Mado Lamotte...

Il n’est pas interdit de se présenter aux élections sous un pseudonyme, mais le candidat doit prouver qu’il s’agit bel et bien du nom sous lequel la majorité des gens le connaissent, témoignage d’un tiers et documentation à l’appui. Comme des articles de journaux, où l’on identifie ladite personne à l’aide de ce pseudonyme.

À titre d’exemple, la comédienne et humoriste Dominique Michel, née Aimée Sylvestre, le chanteur Stefie Shock, de son vrai nom Stéphane Caron, ou la drag queen Mado Lamotte, personnifiée par Luc Provost, pourraient se présenter sous leur nom d’artiste.