François Legault

UPA: François Legault forcé de justifier son absence physique au front commun

SAGUENAY — Le chef caquiste François Legault «espère» que son adversaire libéral Philippe Couillard n'a pas cherché à lui tendre un piège en confirmant à la dernière minute sa présence au front commun pour la gestion de l'offre à Longueuil.

Il était le seul des trois leaders à ne pas se trouver physiquement aux locaux de l'Union des producteurs agricoles (UPA), vendredi matin, et son annonce du jour consistait à dévoiler un peu plus de détails sur un engagement pris deux jours auparavant.

En conférence de presse à Saguenay, il a répété ne pas vouloir faire de la «petite politique» sur l'enjeu de la gestion de l'offre, qui ne doit selon lui faire l'objet d'aucun compromis dans le cadre des négociations pour en arriver à une nouvelle mouture de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

M. Legault a nié avoir été surclassé par l'équipe libérale sur le plan stratégique.

Les libéraux ont confirmé la présence de leur chef Philippe Couillard vers 21 h, jeudi, alors que la caravane de la Coalition avenir Québec (CAQ) venait de s'arrêter pour la nuit à Saguenay, à 450 kilomètres de là.

L'équipe caquiste a décidé de rester sur place plutôt que de filer vers Longueuil.

L'horaire de la journée a été revu, et François Legault a commencé cette neuvième journée de campagne avec un entretien matinal avec le dirigeant de l'UPA, Marcel Groleau.

Lors de cette conversation téléphonique à laquelle les médias étaient conviés, le politicien a assuré au dirigeant syndical qu'il regrettait de ne pouvoir être présent à la conférence de presse du front commun.

La journée de vendredi pourrait être cruciale dans la renégociation de l'ALÉNA, le président américain Donald Trump ayant dit vouloir en venir à une entente d'ici minuit.

En conférence de presse, François Legault a affirmé que si Justin Trudeau faisait des compromis sur la question de la gestion de l'offre, il ne serait plus «montrable» au Québec.

Il a laissé entendre que cela pourrait nuire à ses chances de réélection en octobre 2019.

Internet haute vitesse

Sous le soleil saguenéen, vendredi matin, François Legault a de nouveau promis une connexion internet haute vitesse et une couverture cellulaire large bande sur l'ensemble du territoire québécois pour 2022, advenant son accession au pouvoir.

La CAQ estime qu'elle devra débloquer 400 millions $ sur quatre ans pour offrir ces deux services à 100 pour cent des citoyens.

Selon le parti, environ 240 000 foyers québécois n'ont pas encore un accès internet de qualité alors que la couverture cellulaire s'avère déficiente à de nombreux endroits.

Le chef caquiste affirme que les 15 ans d'immobilisme libéral ont de nombreuses répercussions. François Legault parle des familles des régions, mais aussi des entreprises et des travailleurs autonomes.

L'absence de ces outils constituerait pour eux un obstacle majeur au développement de leur entreprise, et aurait donc ralenti le développement économique des régions, estime M. Legault.

Cette annonce avait été faite à Saint-Georges-de-Beauce mercredi, mais sans les détails financiers.