François Legault (au centre), chef de la Coalition avenir Québec, prend le départ de la campagne électorale avec déjà une confortable avance sur ses principaux rivaux, Jean-François Lisée (à gauche) du Parti québécois et le premier ministre libéral Philippe Couillard.

Sondage Mainstreet Research-Groupe Capitales Médias: la CAQ en contrôle

À la veille du déclenchement officiel de la campagne électorale, la Coalition avenir Québec apparaît plus en contrôle que jamais, d’après un sondage Mainstreet Research fait pour le compte du Groupe Capitales Médias. Non seulement le parti de François Legault maintient-il l’avance que nombre de sondages lui donnaient déjà, mais ses appuis semblent maintenant s’élargir à des groupes comme les femmes et les aînés, où il n’a jamais été particulièrement populaire.

Sans répartir les indécis, la CAQ obtient 28,8 % des intentions de vote, contre 21,7 % pour le Parti libéral, 15,6 % pour le Parti québécois et 12,1 % pour Québec solidaire. Pas moins de 13 % des sondés ont dit ne pas avoir arrêté leur choix encore. Le Parti vert et le Parti conservateur du Québec suivent loin derrière (3,3 et 3,2 % respectivement), et les «autres partis» récoltent un total de 2,2 %.

Quand on demande aux indécis s’ils sont plus «enclins» à voter pour un parti en particulier, les appuis de la CAQ passent alors à 32,1 % et ceux du PLQ à 25,6 %, toujours devant le PQ (17,7 %) et QS (13,9 %).

Fait intéressant, bien que le parti de M. Legault récolte toujours plus d’appuis chez les hommes, il est désormais l’option la plus populaire auprès des femmes, récoltant 24,2 % de leur faveur contre 21,9 % pour les libéraux. «Depuis qu’on sonde au Québec, c’est la première fois qu’on voit ça, à part dans certaines circonscriptions où la CAQ était vraiment très forte, indique Steven Pinkus, vice-président de Mainstreet. Et c’est une tendance qui se maintient depuis quelques jours.»

Notons que Mainstreet sonde environ 800 personnes par jour pour le compte du Groupe Capitales Médias.

«L’autre grand mouvement que l’on voit, c’est chez les 65 ans et plus, poursuit M. Pinkus. Historiquement, ce groupe d’âge-là a été un fief libéral pendant longtemps, mais c’est maintenant la CAQ qui mène chez eux [par 33 à 25 %]. Et c’est un développement qui est vraiment important parce que non seulement ils représentent une assez bonne partie de la population, mais ce sont eux qui votent le plus.»

En région comme ailleurs

D’une région à l’autre, l’enquête Mainstreet dresse essentiellement le même portrait que bien d’autres sondages antérieurs, avec la CAQ qui domine la capitale nationale, la banlieue montréalaise et les «régions» par des marges d’environ 15 %, avec les libéraux seconds ou au coude-à-coude avec le PQ. Dans l’île de Montréal, ce sont les libéraux qui sont clairement en tête avec 39 % de la faveur des électeurs «décidés» et «enclins», mais c’est surtout à cause de son hégémonie dans le West Island. «Dans l’est de l’île, c’est plus mélangé, avec le vote progressiste qui va vers Québec solidaire [d’ailleurs en avance sur le PQ à Montréal par 17 % à 14 %] et la CAQ qui commence à prendre pied dans certaines circonscriptions», dit M. Pinkus.

Pour le Parti québécois, il y a peu de bonnes nouvelles dans ce sondage, poursuit-il. «S’ils ont de la misère à passer la barre des 20 % chez les francophones, c’est assez inquiétant pour eux.»

Mince consolation, le PQ est le deuxième choix de 20 % des électeurs sondés, ce qui en fait le parti qui a le plus grand potentiel de croissance. Pas moins de 38 % des partisans de la CAQ en font leur second choix, ce qui représente un grand nombre d’appuis potentiels — même s’il ne sera pas facile de transformer cette sympathie relative en votes dans l’urne.

À l’inverse, le Parti libéral est celui qui a le moins d’espace pour aller chercher des votes supplémentaires, n’étant le second choix que de 9,5 % des sondés. La CAQ et QS tombent entre les deux, à 13,7 et 10,1 % respectivement.

Méthodologie: Le sondage a été réalisé par un système de réponse interactif les 19 et 20 août auprès de 1647 répondants. Il vient avec une marge d’erreur de 2,4 %, 19 fois sur 20.

Voir les données complètes du sondage ici

+

BAROMÈTRE ÉLECTIONS 2018

Vous êtes mordus de politique? Un nouvel outil de Recherche Mainstreet et Groupe Capitales Médias vous offre des sondages en chiffres, graphiques, tableaux, évolution du vote et analyses exclusives chaque jour sur abonnement sur notre Baromètre électoral