Les porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois, étaient de passage au bistro Le Troquet, lundi soir.

Québec solidaire lance sa campagne en Outaouais

Québec solidaire (QS) lançait officiellement sa campagne régionale lundi soir dans le cadre d’un 5 à 7 au bistro Le Troquet, dans le Vieux-Hull.

Pour l’occasion, les co-porte-paroles du parti, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois, étaient entourés des cinq candidats régionaux de QS soit Benoit Renaud (Hull), Mélanie Pilon-Gauvin (Papineau) Milan Bernard (Gatineau), Alexandre Albert (Chapleau) et Julia Wilkie (Pontiac).

Devant près de 150 militants et bénévoles entassés, les candidats régionaux de QS ont statué leur position sur de multiples enjeux chauds en Outaouais, dont la santé et l’éducation.

«En Outaouais, il y a un énorme rattrapage à faire avec les autres régions du Québec. L’étude de l’IRIS démontre que nous avons un retard en santé et en éducation», souligne Benoit Renaud.

«Ce qui est crucial, c’est de ramener l’humain au centre de nos interventions. On a perdu le côté humaniste de notre santé et de nos services sociaux», estime la candidate dans Papineau, Mélanie Pilon-Gauvin.

Un autre enjeu abordé a été celui de l’environnement et du transport en commun. Comme le soutient le candidat dans Chapleau, Alexandre Albert, «70 % des Gatinois conduisent leur voiture seul pour se rendre au travail et seulement 15 % des Gatinois prennent l’autobus. L’empreinte écologique est ridicule».

Interrogée par Le Droit, une militante laisse entendre que son appui à Québec solidaire vient du fait qu’il est le seul parti à offrir «un plan de société».

«De tous les partis qui se disputent ces élections-là, Québec solidaire est le seul à faire des promesses ambitieuses, concrètes et populaires qui répondent à nos besoins.»

Elle affirme aussi que les autres partis sont trop centrés sur l’économie et que l’être humain doit passer avant tout. «La meilleure ressource, c’est l’être humain. L’économie va rouler d’elle-même.»

«Manon, Manon, Manon !»
C’est sous une pluie d’applaudissements que la porte-parole Manon Massé s’est adressée aux militants et bénévoles rassemblés au Troquet. Mme Massé affirme que le mouvement de Québec solidaire permet de «retrouver l’élan des années 70».

«Dans les années 70, M. Lévesque a donné le goût aux Québécois et Québécoises de rêver que ce Québec-là nous appartiennent pleinement sans avoir à le mettre au service du grand capital.»

Selon Mme Massé, la démocratie québécoise doit cesser de passer par les sondages.

«Je suis tannée de lire jour après jour que la CAQ va gagner. Les sondages, ce n’est pas la démocratie. Les sondages ne tiennent pas compte du 30 % qui ne vote pas. Ils ne tiennent pas compte, ou très peu, du 20 % d’indécis. Voyez-vous l’espace que ça nous donne ?»

Après avoir passé la journée à Gatineau, Manon Massé sera à Buckingham mardi matin pour y faire une annonce sur le bois d’œuvre.